University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The State of Wisconsin Collection

Page View

Ducat, Jean / Brabançons au Nouveau Monde : contribution à l'étude de l'émigration de Belgique méridionale vers les Amériques au 19e siècle
(2000)

Quatrième partie,   pp. 67-76 PDF (3.4 MB)


Page 74

 Chapitre Vi.
             Le  monument  de5   pionnier5
                  beIges du Wiscon5in
     Depuis juillet 1985, un des signes tangibles et durables de la fraternité
 belgo-wallo-wisconsinite est le monument élevé à
Robinsonville-Champion
 ou encore < Aux Premiers Belges ».
     Ce monument fut réalisé en parfaite collaboration
avec
les cousins
 américains, l'a.s.b.l. «Belgian American Heritage»
et
la commune de (irez-
 Doiceau, dont chaque habitant intervint à raison de un franc
dans
la
 participation aux frais des pierres sculptées de Gobertange et
importées
au
 Wisconsin.
     Visiteurs réguliers et amoureux de la colonie belge, les
abbés
Mano~l de
 la SERNA et Jean DUCAT estimèrent que le souvenir de la fondation
de la
 colonie méritait d'être commémoré
à l'endroit
même ou, en 1853, l'avant-
 garde grézienne avait déposé définitivement
ses «hardes et bagages >.
     Ce monument devenait le frère puiné du premier
monument
belge édifié
 sur le sol des USA en 1924, ai mémoire de l'arrivée
des Wallons
du
 Hainaut, ai 1624, sur les rives de l'Hudson en «Nova Belgica»
ou
 «Novum Belgium », en latin, et « Nouveaux
Pays Bas »,
en français.
     La partie du monument qui reçut les pièces sculptées
dans la pierre de
 Gobertange, fut construite en briques américaines par des maçons
de la
 colonie, dont certains étaient des MONFILS.
    L'écusson est une reproduction d'un ancien sceau de Grez présentant
saint Georges, le protecteur du village, chevauchant un solide destrier.
    Dans son discours inaugural, Jean DUCAT fit remarquer que le saint
patron ne pointait pas en avant une lance de combat mais l'étendard,
la
bannière du progrès sans lequel il n'y a ni paix, ni
bonheur.
L 'étendard est
donc significatif d'une volonté colonisatrice ancrée
dans l'esprit
des pionniers
de l'époque.
    Les inscriptions rappellent les principales valeurs de l'oeuvre des
défricheurs. C'étaient des Belges, et même
les premiers
de la forêt sauvage.
«Aux premiers Belges » est le premier toponyme du noyau
de la
colonie. La
date est celle des difl~rents groupes arrivés en 1853.
    «In memoria precursorum », en latin, parce que cette
langue
est
considérée comme une langue universelle et que, en
raison de
son ancienneté,
elle évoque la pérennité. Le mot souligne
une marche
en avant. Cette marche
commencée ai 1853 s'est poursuivie par les descendants des pionniers.
Un
monument s'adresse à la génération présente
et
à la suivante. Les vertus de
ceux qui nous ont précédés sont regardées
avec
reconnaissance et respect.
    Enfin, s'adressant aux membres du «Peninsula Belgian American
Club », le président de « Belgian American
Heritage »
leur confia la garde
du monument.
                          74


Go up to Top of Page