University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The State of Wisconsin Collection

Page View

Ducat, Jean / Brabançons au Nouveau Monde : contribution à l'étude de l'émigration de Belgique méridionale vers les Amériques au 19e siècle
(2000)

Deuxième partie,   pp. 17-54 PDF (12.6 MB)


Page 53

    Les membres de cette liimille étaient nés à
Mehaigne:
le père en 1825,
la mère, Marie SARTON, en 1821; les enfants: Louis en 1849, Marie
Antomette en 1850. Ferdinande en 1853, Charles en 1856, Séraphine
en
1857 et Félicie en 1859. Tous partirent de cette commune le 1er
novembre
1871. Il est établi que Jean-Baptiste LATOUR, frère
de Meichior,
fut colon
de «Nouveau Bruxelles ». Sept ans plus tard, les LATOUR
accueillaient
Nicolas LEROY de Warisoulx et son épouse, Marie MOTTE, originaire
de
Mehaigne.
    Au moment de l'essaimage des LATOUR, tous les voisins vinrent les
saluer et tous promirent d'entretenir une correspondance régulière.
    Même unique, cette relique est intéressante car
elle apporte
des éléments
complémentaires à notre étude; l'essaimage
tiit réussi,
la terre est flicile à
cultiver au Sud Dakota, le climat est fàvorable puisqu'il permet
de
semer les
céréales dès le 20 mars, tandis qu'à
cette date,
les terres du Wisconsin sont
encore couvertes de neige. Cette aubaine est connue en Belgique puisque les
LATOUR annoncent l'arrivée de nouveaux Belges dans leur région.
Avec
humour, l'auteur dit qu'il ne regrette pas « les chardons »
-
les difficultés du
Wisconsin; il signale que la transformation de la « prairie »
en terres de
culture apporte des consolations bien supérieures à
celles
qu'il a connues au
Wisconsin.
    Nous précisons l'identité de la personne citée
comme
« Alextre et
« Tilise ». Il s'agirait de Alexandre PIERRE, originaire
de Noville-sur-
Mehaigne, et de son surnom « Talice » ou «
Tilise ».
                  CAVOUR, South Dakota, 19 mai 1886
    Cher ami,
     Je prends la plume en main pour répondre à la
vôtre
que voilà
  longtemps nous avons reçu avec grand plaisir. J'apprends que
vous
  êtes en bonne santé, nous jouissons du même
bonheur.
     Vous me pardonnerez d 'avoir resté si longtemps sans répondre
à
 votre lettre. ce n 'est pas parce que nous vous avons oubliés,
c
'est un
 peu de paresse! En effet dans le fond de notre coeur, je ne vous
 oublierai jamais, cependant quand on change de place, on a
 beaucoup d'inquiétude, Ainsi donc pardonnez moi.
     Je vous dirai qu'il fait bon présentement. Depuis le 20 mars,
on
 a commencé à semer et maintenant  « le mars
«
est terminé~ nous
 avons semé 15 minots de froment, huit arpents d'avoine et de
8 à
10
 de maïs. A présent les froments sont bien levés,
tout
à fait.
     Pour le moment, il vient beaucoup de Belges dans le Dakota, il
 ne faut pas croire tout ce qu 'on dit, il vaut mieux croire ses yeux que
                        53


Go up to Top of Page