University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The State of Wisconsin Collection

Page View

Ducat, Jean / Brabançons au Nouveau Monde : contribution à l'étude de l'émigration de Belgique méridionale vers les Amériques au 19e siècle
(2000)

Première partie,   pp. 5-16 PDF (3.7 MB)


Page 8

 Quand ces Belges se sont installés autour de Green Bay, ils ignoraient
les
 ressources et les avantages offerts par le Minnesota.
    Dès que le nouveau livre aura été imprimé
à Bruxelles, vous en recevrez
 un exemplaire. Les Belges qui viennent ici ont l'intention bien arrêtée
&
 s installer comme colons. Ils viennent à leur compte, ne béneficient
d'aucun
 subside officiel et ne sont membres d'aucune société
d'émigration
 d 'obédience religieuse ».
    On peut se demander quelle était la valeur des renseignements
véhiculés
par la publicité. Il est évident que certaines informations
exagéraient les
chances de succès, et que d'autres par contre conseillaient une
extrême
prudence et que quelques unes prêchaient le rejet des projets d'expatriation.
    Parmi les premières, il faut ranger les lettres que des immigrés
envoyaient à des connaissances pour les encourager à
les rejoindre.
Selon le
consul A. PONCELET, certains correspondants cachaient une partie de la
vérité. L'amour-propre empêchait ceux qui
ne réussissaient
pas de faire part
de leurs désillusions. Par contre, ceux à qui la fortune
avait
souri, exagéraient
leur succès.
    Les archives communales de Corroy-le-Grand gardent un document
expédié par le ministre de l'Intérieur.
Il s'agit de
la copie de la réponse au
questionnaire tendant à connaître les raisons des émigrations
survenues dans
la commune avant 1870. A la colonne «Renseignements qui ont décidé
les
émigrants à s'expatrier », le bourgmestre
utilise des
formules variées:  ...
espoir de mieux vivre là-bas qu'en Belgique, ...  parti dans le
désir
d'améliorer sa situation, il rejoint des parents déjà
immigrés ...
    On constate que la fièvre de l'émigration fut plus
forte
dans les villages
où des lettres arrivèrent nombreuses que dans ceux
où
aucune relation
familiale n'était établie avec le Nouveau Monde.
    On remarque aussi que de tous les modes de recrutement, celui qui
reposait sur un esprit d'entraide et d'union fraternelle, donna les meilleurs
résultats. On vit de jeunes pionniers, partis en avant-garde,
retraverser
l'Atlantique en vue d'organiser le départ des autres membres de
la
famille.
En outre, l'expérience leur avait appris que tout nouveau débarqué
était une
victime potentielle des escrocs de toute espèce qui écumaient
les ports
américains et les chemins de l'intérieur.
                                 8


Go up to Top of Page