University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 15 (1923)

Chapitre LXV: Fin des batailles de la Somme et de Verdun (fin juillet-décembre 1916),   pp. 1-[23] PDF (501.8 KB)


Page 20


HISTOIRE  ILLUSTRSE  DE  LA  GUERRE  DE  191.4
conquÍte des observatoires absolument indis-
pensables.
  L'ordre d'opÈrations dÈfinitif du groupe-
ment D. E. est datÈ du 2 dÈcembre i9i6.  Le
groupement D. E. a pour mission de pren-
dre l'offensive sur la rive droite de la Meuse
pour enlever ý l'ennemi ses observatoires de la
cÙte du Poivre, cote 342, cote 378, croupe
d'Hardaumont,    et de dÈgager largement
les abords du fort de
Douaumont. ª
  La !prÈparation d'ar-
tillerie, poursuivie jus-
qu'au jour de l'attaque,
fut admirable et rÈdui-
sit au silence un tiers
au moins des batteries
ennemies. Elle poursui-
vit son tir d'Ècrase-
ment avec une telle
rÈgularitÈ qu'elle n'eut
pas ý l'arrÍter ni ý le
transformer en tir de
barrage quand l'heure
sonna pour l'attaque
d'infanterie: il y eut
donc, de ce chef, sur-
prise complËte de l'en-
nemi.
   La prÈparation du
terrain sur lequel allait
se dÈvelopper l'assaut
avait ÈtÈ elle-mÍme une
affaire considÈrable:
Il fallait pousser l'artille-
rie, creuser des pistes, com-
bler le sol percÈ de trous
  Le front de bataille adverse, mesurant une
dizaine de kilomËtres, Ètait tenu, de Vache-
rauville ý Bezonvaux, par 5 divisions alle-
mandes: une dizaine de mille hommes en
premiËre ligne, autant en soutien immÈ-
diat, autant dans les cantonnements proches
du front, sans parler de 4 divisions plus
ý l'arriËre, mais pouvant intervenir dans
l'espace d'une nuit (I).
GLAIVE D'HONNEUR OFFERT A VERDUN
       PAR L'EMPEREUR DU JAPON
d'obus, refaire les routes et
les moyens d'accËs. Travail obscur et gigantesque qui Ètait
toutefois la condition du succËs. Sans ce labeur prÈlimi-
naire, toute attaque au dÈpart Ètait vouÈe ý
l'Èchec et
faisait naufrage dans la boue. Dans les parties les plus
mauvaises du terrain, on renonÁa aux boyaux de com-
munication enterrÈs et on se rÈsolut ý circuler sur
des
pistes en bois. En cinq semaines, on rendait ce chaos
praticable, on y jetait 25 kilomËtres de routes, io kilo-
mËtres de Decauville. On crÈait des dÈpÙts; on
amÈ-
nageait des sources, des puits, des conduites d'eau.
  L'attaque fut fixÈe
dÈfinitivement au i5 dÈ-
cembre.
  Le I5 dÈcembre, ý
io heures prÈcises, sans
qu'aucun signe, aucun
changement   dans la
cadence du tir ait donnÈ
l'Èveil ý l'ennemi, d'un
seul mouvement les ba-
taillons d'attaque, prÈ-
cÈdÈs d'un rideau d'Ècla-
tements sortent de la
tranchÈe.
  La I26e opËre sur
Vacherauville et cote
342.
  A gauche, la 25ie
brigade (Woillemont) a
pour objectifs Vache-
rauville et la cÙte du
Poivre. Son attaque est
impÈtueuse et rapide.
A io h. 7, nos observa-
teurs signalent les trou-
pes sur les crÍtes. Le
bataillon Morat a pour
objectif Vacherauville.
                       Le village est solidement
fortifiÈ. On dÈcide d'enlever la position  ý
la
course ª: par le talus du canal, par la chaussÈe,
par le remblai du chemin de fer, trois colonnes
  (i) Voici les unitÈs allemandes de la ve armÈe qui prirent
part ý la bataille de Louvemont-Bezonvaux les i5 et i6 dÈ-
cembre: VIIe corps de rÈserve, XIVe corps, XVIIIe corps
de rÈserve, 4e, 5e et ioe divisions, I3e division de rÈserve,
I4e division, I4e et 21e divisions de rÈserve, 30e et 39e divi-
sions, 39e division de rÈserve bavaroise.
20


Go up to Top of Page