University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 14 (1922)

Chapitre LXIV: Reprise de la bataille pour Verdun: Douaumont et Vaux délivrés/ (septembre-novembre 1916),   pp. 236-252 PDF (17.0 MB)


Page 249


REPRISE DE LA BATAILLE POUR VERDUN
UNE VUE DU FORT DE VAUX
s'ÈlËvent, d'aprËs les renseignements les plus
ssrs, ý 20 000 hommes. Le coup frappÈ
en pleines lignes allemandes a dÈterminÈ
l'abandon du systËme des crÍtes sur la rive
droite. Ne parlons pas du coup de bÈlier en plein
prestige impÈrial qui dÈmantËle, chez le civil
et chez le militaire, tout un pan du moral
allemand. Cela suffit:  Douaumont est une
grande victoire tactique. Elle est aussi la
premiËre victoire de la guerre des tranchÈes
sur le front occidental. ª Et, comme les succËs
s'enchaÓnent, Douaumont pris, demain Vaux
succombera.
PRISE DU                La reprise du fort
FORT DE VAUX.         de Douaumont avait
-i5 OCTOBRE,          ÈtÈ la suite normale
3 NOVEMBRE 1916       d'une opÈration  ad-
mirablement montÈe et exÈcutÈe; pour la
rÈussir, il avait fallu non seulement l'acuitÈ de
vision des chefs et leur savante prÈparation,
il avait fallu l'Ènergie du soldat et le coup d'oeil
rÈsolu de chacun des exÈcutants.
  La reprise du fort de Vaux fut tout autre
chose: la consÈquence logique de la premiËre
opÈration, une fin de thÈorËme se dÈgageant
mathÈmatiquement en dÈpit des contingences
locales qui s'opposaient ý la solution. Un offi-
cier allemand pris le 24 octobre avait dit:
< Vous avez enlevÈ Douaumont par surprise,
vous ne prendrez pas Vaux. ª Cet officier
n'Ètait pas logicien.
  Il est vrai, Vaux paraissait imprenable, tant
les Allemands y avaient accumulÈ d'ÈlÈments
de lutte et de moyens de rÈsistance. Ce qui
faisait la confiance du commandement alle-
mand, c'Ètaient surtout les dÈfenses avancÈes.
Le fort de Vaux, projetÈ ý l'extrÈmitÈ du
promontoire dominant la WoÎvre, Ètait de ce
cÙtÈ ý peu prËs inaccessible ; or, en avant et
sur les pentes venant des fonds de Verdun, le
gÈnie allemand avait construit quatre lignes
249


Go up to Top of Page