University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 14 (1922)

Chapitre LXIV: Reprise de la bataille pour Verdun: Douaumont et Vaux délivrés/ (septembre-novembre 1916),   pp. 236-252 PDF (17.0 MB)


Page 245


REPRISE DE LA BATAILLE POUR VERDUN
UN ASPECT DU FORT DE DOUAUMONT
Douaumont, le bois de Vaux-Chapitre et, au
milieu, le ravin des Fontaines qui s'insinue
entre les deux forts: lý, l'offensive appartient
ý la I33e division (gÈnÈral Passaga) ; dans
la tranchÈe Wesel, quelques    mitrailleuses
tentent d'arrÍter l'Èlan du 40le, mais sans
rÈsultat. A midi, le premier objectif est
atteint et organisÈ : c'est le couloir dÈcisif; il
permet d'Ètreindre les deux forts, l'un ý
l'ouest, l'autre ý l'est.
  Un peu plus ý droite encore, vers le bois
Fumin, qui a donnÈ tant de mal pendant
les mois de juillet et d'aost, les tranchÈes entre
la Haye du Renard et le Vaux-RÈgnier sont
enlevÈes par la 74e D. I. On marche droit sur
le fort de Vaux. Mais soudain, la tranchÈe
Clausewitz fait barrage ; avec la 'tranchÈe
Mudra et celle de la SabliËre, l'ensemble
constitue un gros obstacle. Les hommes des
bataillons alpins s'acharnent, succombent. On
recourt aux rÈserves ; ý I3 h. 40, les tranchÈes
Clausewitz et de la SabliËre n'ont pas cÈdÈ.
Donc, ici, au pivot, la bataille est ý un
point mort; elle ne se dÈveloppe pas. Pourvu
que le pivot tienne et ne cËde pas, cela
peut suffire ý la rigueur. Mangin ordonne
d'en rester lý pour le moment et d'attendre
l'effet du mouvement tournant.
  Le soleil a paru. Le brouillard se dÈchire;
c'est l'aprËs-midi ; on a quatre heures encore
pour enlever l'Ènorme besogne qui reste ý
faire: les deux forts, la crÍte tout entiËre !
On est sur l'escalier, je veux dire sur les pentes:
mais, pour atteindre la ligne de faÓte, c'est
le plus dur.
  Revenons ý gauche, aux carriËres d'Hau-
dromont. L'ennemi s'est repris ; il fait ferme.
Nos soldats veulent en finir; la rage les prend.
Il faut passer la route de Bras; monter le
ravin de la Goulette, courir, au bout, sur le
village de Douaumont, et enfin, lý-haut, le
fort. Le 8e tirailleurs, le 4e zouaves, le 4e mixte
s'Èlancent, s'entr'aident, se remplacent, se
distancent, d'obstacle en obstacle, de tran-
245


Go up to Top of Page