University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 1 (1915)

Chapitre VII/ Les puissances européennes: l'Autriche-Hongrie,   pp. 153-[171] PDF (10.0 MB)


Page 160


HISTOIRE ILLUSTRSE DE LA GUERRE DE I9I4
mant ainsi une unitÈ de superposition. La
Hongrie, d'une part, l'Autriche, d'autre
part, possËdent, l'une et l'autre, tout un
systËme de gouvernement parlementaire et
responsable; et, au-dessus de ces deux sys-
tËmes sÈparÈs, existent trois dÈpartements
communs, le ministËre de la guerre, le
ministËre des affaires ÈtrangËres et le ministËre
des finances qui ont, eux-mÍmes, au-dessus
d'eux la personne de l'empereur d'Autriche,
roi de Hongrie.
  Les ministËres communs n'ont affaire ni au
parlement hongrois, ni au parlement autri-
chien, mais aux  dÈlÈgations ª, formÈes
de
soixante membres choisis dans chaque parle-
ment et qui se rÈunissent alternativement
ý Budapest et ý Vienne.
  C'est la complexitÈ de ce systËme, - sur
lequel je n'insisterai pas davantage, - qui
fait que la politique autrichienne est asservie ý
la politique hongroise : car ce  cheval d'atte-
lage ª, Ètant le plus vif et le plus rÈtif,
l'autre
est toujours obligÈ de se rÈgler selon ses ca-
prices. De lý, les interventions poussÈes jusqu'ý
l'obstruction et ý l'Èmeute qui, malgrÈ
cer-
tains sentiments manifestÈs par l'empereur,
malgrÈ les conseils des ministres les plus sages,
Deak, Hohenwart, Badeni, Goluchowski, ont
toujours fait pencher la balance du cÙtÈ anti-
slave, jusqu'au jour o~, l'Èquilibre Ètant rompu,
la crise des Balkans et la prÈtention d'Ècraser
la Serbie ont dÈchaÓnÈ les ÈvÈnements.
LES FORCES       J'ai dit la principale force
UNITAIRES      de dissociation  de l'empire
austro-hongrois, ý savoir la diversitÈ des
nationalitÈs et l'Ètroitesse du pacte consti-
tutionnel. Il faut ÈnumÈrer, maintenant, les
ÈlÈments d'union et de stabilitÈ qui font
durer l'empire et lui assurent une place
considÈrable, quoique  secondaire ª, dans la
constellation europÈenne.
  Ces ÈlÈments sont: la situation gÈographique
de l'Autriche-Hongrie et le caractËre mÍme du
peuple austro-hongrois, l'organisation de l'em-
pire par la bureaucratie et la police, l'autoritÈ
de la dynastie reprÈsentÈe par FranÁois-
Joseph et, enfin, l'instrument de la domination
et de la guerre, l'armÈe et la marine.
  Ce n'est pas en quelques pages que l'on peut
donner l'idÈe des infinis problËmes que l'exis-
tence de l'Autriche-Hongrie pose en Europe.
  On a souvent rÈpÈtÈ le mot :  Si l'Autriche
n'existait pas, il faudrait l'inventer. ª Cela
revient ý dire que l'existence de l'Autriche au
centre de l'Europe est un fait gÈographique:
ni les lieux, ni les peuples ne disparaÓtront
jamais. Toute la question est de savoir s'il
appartient ý d'autres puissances de dÈcider
du sort de ces rÈgions ou si les nationalitÈs
qui les habitent en dÈcideront d'elles-mÍmes.
  On ne peut pas dire qu'il y ait un peuple
austro-hongrois; il y a des peuples divers
en Autriche-Hongrie; l'empereur dit  mes
peuples ª. PremiËre difficultÈ.
  Seconde difficultÈ: l'Autriche n'est pas fran-
chement europÈenne, sa formation et son intel-
ligence ont dÈj ý quelque chose de demi-
oriental. Quand on va d'Europe en Asie, les
premiers turbans apparaissent avant qu'on
ait passÈ la frontiËre de l'empire ; et ce fait
n'est que la manifestation pittoresque d'un
Ètat de choses qui comporte des consÈquences
politiques et morales d'une importance consi-
dÈrable.
  Il faut laisser un Autrichien s'expliquer ý ce
sujet : Ce qui est incomprÈhensible pour qui-
conque n'est pas autrichien, Ècrivait en i871,
Ferdinand Kurnberger, c'est ce qu'il y a
d'asiatique en elle. L'Autriche n'est pas rÈelle-
ment inintelligible : il faut la comprendre
comme une espËce d'Asie.  Europe ª et
 Asie ª sont des termes trËs prÈcis. Europe
signifie: loi, Asie veut dire: arbitraire. Europe
signifie: respect des faits, Asie veut dire: caprice
pur. L'Europe est l'homme fait, l'Asie est ý la
fois le vieillard et l'enfant. ª
   Le peuple austro-hongrois, reprend-il, est,
ý la fois, un vieillard et un enfant. Aimable,
lÈger, changeant, il a une faÁon de s'approcher
en dansant de toutes choses qui fait penser ý
i 6o


Go up to Top of Page