University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 1 (1915)

Chapitre VI/ La France en face de l'Allemagne,   pp. 130-[152] PDF (11.2 MB)


Page 149


LA FRANCE EN FACE DE L ALLEMAGNE
EXERCICE DE POINTAGE A BORD D'UN VAISSEAU FRAN«AIS
  ElIle avait le dÈvouement de toutes les classes
de la nation figurant sans distinction dans
l'armÈe nationale. Pour le reste, on  se dÈ-
brouillerait r:.
  Et, en effet, la France s'est dÈbrouillÈe.
  Comment l'Ètonnante organisation de l'Alle-
magne n'a-t-elle pas assurÈ la victoire ý cette
puissance ?
  Comment, aprËs Charleroi, les armÈes
franÁaises ont-elles pu se ressaisir et courir
sus ý l'ennemi sur l'Aisne et dans les Flan-
dres ?
  Cette reprise merveilleuse de la fortune tient
du miracle... Miracle de rÈsolution et d'Ènergie
de la part des chefs, miracle d'endurance et
d'entrain de la part des troupes, et, au-
dessus de tout, miracle ds ý la force des
'mes, miracle de la France qui ne voulait
pas pÈrir, miracle de la loi immanente des
choses et de la volontÈ divine qui ne voulait
pas que la France pÈrÓt.
LA MARINE        La   politique  navale  des
FRAN«AISE     grandes puissances a profon-
dÈment variÈ depuis un demi-siËcle. L'intro-
duction  de   la  vapeur,   les progrËs de
l'artillerie, la force donnÈe aux navires de
guerre par la cuirasse qui en a fait, peu ý peu,
de vÈritables forteresses mouvantes, a trans-
formÈ le caractËre de la guerre maritime. Les
vaisseaux de haut bord ont pris des propor-
tions telles et se sont chargÈs d'un matÈriel si
considÈrable que leur prix s'accroÓt dans des
proportions Ènormes ; en mÍme temps, se
dÈveloppait l'intÈrÍt que l'ennemi pouvait
avoir ý les dÈtruire, coste que coste.
  L'eau se prÍte merveilleusement ý cette
entreprise de destruction des grandes unitÈs
navales: les torpilles et les torpilleurs, les
mines sous-marines, les sous-marins, devinrent
les instruments de l'attaque, Ègaux ou supÈ-
rieurs aux moyens de la dÈfense.
  Les cuirassÈs allaient toujours s'agrandis-


Go up to Top of Page