University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 1 (1915)

Chapitre VI/ La France en face de l'Allemagne,   pp. 130-[152] PDF (11.2 MB)


Page 148


HISTOIRE ILLUSTRSE DE LA GUERRE DE I9I4
exposÈ la situation, le 2 janvier I9I4, dans les
termes suivants:  Si nous avons 54 avions
mobilisables, nous avons ds, malheureusement,
constater, dans l'enquÍte, que pas une esca-
drille n'Ètait complËtement mobilisable, faute
d'appareils de rechange, tracteurs, etc... ª
  Depuis, de grands perfectionnements sur ce
point, comme dans l'aÈronautique, ont ÈtÈ
accomplis.
  N'insistons pas sur certaines lacunes de
notre prÈparation militaire: pour y parer, il
a fallu l'habile tactique de nos chefs et la
vaillance de nos soldats. Civis murus erat.
COMPARAISON DES EFFORTS             On peut
ACCOMPLIS EN ALLEMAGNE dire que
ET EN FRANCE                     les mesures
prises par l'Allemagne, dans les annÈes I9I2
et I9I3, nous rÈvÈlaient ses intentions belli-
queuses immÈdiates et sa volontÈ de vaincre
ý tout prix. On lisait dans son jeu; on
connaissait ses desseins. Qu'a-t-on fait pour y
parer ? La comparaison est instructive.
  D'avril I9I2 ý avril I914, l'Allemagne a
dÈpensÈ, pour son armÈe et pour sa flotte,
la
somme de 2.800 millions de francs, inscrite au
budget, en dÈpenses ordinaires et extraordi-
naires, et la somme de I milliard de francs,
produite par la contribution militaire. La loi
de I913 stipulait, en effet, que les sommes
votÈes en i9ii et en 19I2 seraient dÈpensÈes
avant le mois d'octobre I9I3. Quoique l'impÙt
de guerre ne dst Ítre perÁu que par Èche-
lons, le gouvernement impÈrial avait licence
d'en disposer, au moyen de crÈdits ý recou-
vrer.
  GalvanisÈes et surexcitÈes par la presse, la
bourgeoisie et la noblesse allemande accrois-
saient encore, par l'initiative privÈe, l'effort
de l'Etat et crÈaient des corps d'automobi-
listes et d'aviateurs volontaires qui, liÈs par
contrat,  avec  l'administration,  devaient,
moyennant certaines primes, apporter ý l'ar-
mÈe, au jour de la dÈclaration de guerre, leur
concours bien organisÈ.
  La loi de I9I3 a ÈtÈ entiËrement appliquÈe
en octobre et, au lieu de 63.00o soldats nou-
veaux, on en a incorporÈ I07.000. En I9I4,
cette loi avait donc sa pleine application, aussi
bien au point de vue de l'enrÙlement des
recrues que de l'armement et de l'organisation.
  La couverture est renforcÈe contre la
France: le nouveau corps d'armÈe de Sar-
rebruck, 21e corps, est intercalÈ entre le
j5e corps de Strasbourg et le i6e corps de Metz.
  On dispose, en outre, comme forces de pre-
miËre ligne, du 14e corps (Mulhouse), du 8e
corps (TrËves), du 2e corps bavarois (Landau).
On peut Èvaluer ý cinq corps d'armÈe et
demi,
aprËs la loi de I9I2, la force totale de la cou-
verture allemande. La loi de i9i3 porte de
I90 ý 200 hommes les compagnies d'infanterie
de frontiËre; les escadrons de cavalerie sont
fixÈs ý i50 hommes; on augmente, en mÍme
temps, de 26.o0o les chevaux de l'artillerie
qui, dÈsormais, peut mobiliser la totalitÈ de
ses batteries.
  Dans ces mesures prÈvues et votÈes des lois
de I9I2 et i9i3, se dessine, par avance, tout le
plan de l'Stat-major allemand.
  Elles rÈvËlent son intention de procÈder
ý une attaque brusquÈe par la Belgique; elles
Ètablissent le dessein de l'Etat-major d'Ècraser
la France, d'abord, sous une avalanche d'hom-
mes et de matÈriel, pour se retourner ensuite
vers la Russie. Les derniËres manoeuvres de
l'armÈe allemande, qui eurent lieu en Saxe,
sur les bords de l'Elbe, avaient pour thËme
la donnÈe suivante (< Une armÈe allemande
victorieuse revient de France, pour se porter
au-devant d'une armÈe russe qui a occupÈ,
entre temps, les provinces orientales de la
Prusse. ª
  Voyons maintenant, du cÙtÈ franÁais. La
France avait le canon de 75.
  Elle avait la loi de Trois ans qui, du moins, lui
lonnait le nombre; elle avait l'Èlan rendu aux
organismes militaires, par les ministËres qui
s'Ètaient succÈdÈ depuis i9i2; elle avait,
sur-
tout, un admirable corps d'officiers -pas assez
niomnbreux ma lheuretisement.
I IS


Go up to Top of Page