University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 1 (1915)

Chapitre VI/ La France en face de l'Allemagne,   pp. 130-[152] PDF (11.2 MB)


Page 143


I A FRANCE' E N FA(F DF1  1 Al l l M.(;Nl
L'AMIRAL BOUE DE LAPEYR»RE SALUS PAR LN SOUS-MARIN
Sainte-Claire Deville; patronnÈ par le gÈnÈral
Langlois et le gÈnÈral Deloye, directeur de
l'artillerie, le canon de 75 fut, aussitÙt qu'il
fut au point, mis en construction par les soins
du ministre de la guerre, le gÈnÈral Billot,
M. MÈline Ètant prÈsident du Conseil, La
France
Ètait, alors, dans une pÈriode d'ascendant, de
prospÈritÈ et d'apaisement qui lui permettait
d'aborder rÈsolument de telles oeuvres.
  Il s'agissait d'une dÈpense de 300 millions, et
il Ètait du plus haut intÈrÍt national de
les
obtenir sans Èveiller l'attention de l'Allemagne.
Le prÈsident du Conseil de i896, M. MÈline, par
une initiative aussi courageuse que patrio-
tique, soutenu efficacement par son ministre des
finances, M. Cochery, s'entendit avec les prÈsi-
dent et rapporteur de la commission du budget,
M. Delombre et M. Krantz. Le prÈsident FÈlix
Faure n'hÈsita pas ý engager sa signature et
celle de tous les membres dlu cabinet.
  Les 300 millions furent trouvÈs sans qu'au-
cune indiscrÈtion fut commise et le canon Ètait
entre les mains de nos artilleurs, quand on
apprit son existence au dehors.
  Voici comment le colonel Deport s'explique
lui-mÍme au suj et des origines de l'inven-
tion.
                      MontluÁon, i3 Jan\ ier 1io15.
 Comme vous l'exposez, l'origine du 75 remonte ý
 1892.
 Vers le mois d'avril, le gÈnÈral Mathieu, directeur
 de l'artillerie, avait communiquÈ pour avis, ý tous
ses
 Ètablissements constructeurs, un dossier relatif ý
un
 brevet pris par un ingÈnieur allemand nommÈ Hauss-
 ner, au sujet d'un matÈriel de campagne ý recul du
 canon sur l'affst, a cc quelqlues renseignements sur
 des essais effectuÈs en Allemagne, puis abandonnÈs.
 Cc recul du canon sur l'affst Ètait obtenu par l'em-
 ploi combinÈ de longs guidages et d'un frein hydrau-
 iique, caractÈrisÈ par deux cylindres tÈlescopiques
 devant, d'aprËs l'auteur, assurer la rentrÈe en batterie
 atutomatique par le vide, disposition au moins Ètrange
 de la part di'un ingÈnicu Li.
r -


Go up to Top of Page