University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 1 (1915)

Chapitre V/ La politique des armements,   pp. 112-[129] PDF (8.9 MB)


Page 126


HISTOIRE ILLUSTRSE DE LA GUERRF DE 19I4
rÈservoir d'hommes o~, selon les besoins, les
autoritÈs militaires allemandes n'auraient qu'ý
puiser :  Tout Allemand en Ètat de porter
les armes est soumis ý l'obligation du service
militaire ª, c'est-ý-dire susceptible d'Ítre
appelÈ
sous les drapeaux, ý partir de l''ge de dix-sept
ans jusqu'ý celui de quarante-cinq ans rÈvolus.
  Le service comprend deux pÈriodes: ý partir
de vingt ans accomplis jusqu'au 3I mars de
l'annÈe o~ il a trente-neuf ans accomplis, le
sujet allemand est astreint au service effectif;
il l'accomplit successivement : dans l'armÈe
active (3 ans dans la cavalerie et l'artillerie
ý cheval, 2 ans dans l'infanterie, l'artillerie de
campagne ou ý pied, le gÈnie et les troupes de
communication, i an dans le train) ; dans la
rÈserve de 4 ans et demi ý 6 ans et demi, suivant
l'arme; dans la landwehr du premier ban, 3 Ou
5 ans; dans la landwehr du deuxiËme ban,
le reste jusqu'ý trente-neuf ans rÈvolus.
  La deuxiËme partie s'accomplit dans le land-
sturm, divisÈ lui-mÍme en deux bans: le premier
comptant tous les hommes de dix-sept ý trente-
quatre ans, non classÈs dans les catÈgories
prÈcÈdentes; le deuxiËme, tous les hommes
de
trente-neuf ý quarante-cinq ans provenant du
deuxiËme ban de la landwehr et du premier
du landsturm.
  En raison de la quantitÈ considÈrable de re-
crues livrÈes, par chaque classe nouvelle, ý
l'autoritÈ militaire, celle-ci jouit d'une grande
latitude pour constituer ses formations
d'hommes trËs valides ou qui prÈsentent une
utilitÈ exceptionnelle dans les travaux de la
vie civile. Par le systËme de l'ajournement,
on tient en rÈserve : les soutiens de famille,
les fils de propriÈtaires fermiers ou d'indus-
triels nÈcessaires ý la maison, les jeunes gens
destinÈs ý certaines carriËres libÈrales,
artis-
tiques ou techniques exigeant un long appren-
tissage, les jeunes gens rÈsidant ý l'Ètranger.
  Ceux qui sont en surnombre, c'est-ý-dire
en excÈdent du contingent voulu, les soutiens
de famille, les hommes dÈclarÈs momentanÈ-
ment inaptes, sont classÈs dans une catÈgorie ý
part, la rÈserve de recrutement (Etsalz rÈserve)
ý laquelle ils restent affectÈs pendant I2 ans
et 6 mois.
  Les jeunes gens qui ont subi certains exa-
mens civils et militaires et qui s'engagent en
prenant la charge de leurs dÈpenses, forment
la catÈgorie des volontaires d'un an, reÁoivent,
dans les corps de troupe, une instruction spÈ-
ciale qui les prÈpare aux fonctions d'officiers
et de sous-officiers de rÈserve.
  En somme, le fait que toute la population
virile allemande, de dix-sept ý quarante-cinq
ans, est mise ý la disposition de l'autoritÈ
militaire, constitue ce que von der Goltz avait
appelÈ, prÈmaturÈment, la Nation armÈe.
Tout
citoyen allemand est soldat et on pourrait
presque dire qu'il l'est toute sa vie. Si on
applique aux 50 millions d'Ítres humains qui
composaient le peuple allemand en I894, le
calcul de io o/o considÈrÈ comme donnant la
proportion habituelle de la population virile
en Ètat de porter les armes, on peut admettre
que l'Allemagne peut, ý la rigueur, mettre sous
les armes, avec toutes ses ressources, environ
5 ou 6 millions d'hommes.
  En tenant compte des causes normales de
diminution et en observant que toute l'armÈe ne
peut pas Ítre portÈe rÈellement sur les
fron-
tiËres, c'est au moins 4 millions de combat-
tants, plus ou moins instruits, plus ou moins
aptes au combat, qui peuvent Ítre mobilisÈs.
  Ces chiffres s'accroissant chaque annÈe par
le dÈveloppement rÈgulier de la natalitÈ,
l'Alle-
magne avait de trËs sÈrieuses raisons de penser
qu'elle Ètait appelÈe ý devenir la maÓtresse
de
l'Univers.
LA FLOTTE        L'Empereur disait dËs igoo:
ALLEMANDE  Notre avenir est sur la mer. ª
A partir de cette Èpoque, il conÁut le plan
d'un dÈveloppement prompt et rÈgulier des
forces navales allemandes, qui, dans sa
pensÈe, rÈpondait ý l'avenir mondial de
la
 plus grande Allemagne ª. Souvenirs his-
toriques de la puissance des Ligues hansÈa-
tiques, accroissement de la population et de
l'Èmigration allemandes, projetant des  colo-
i 26


Go up to Top of Page