University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 1 (1915)

Chapitre V: La politique des armements,   pp. 112-[129] PDF (389.5 KB)


Page 120


HISTOIRI ILLUSTREE DE LA GUERRE DE 1914
soustraire ainsi aux effets de l'artillerie ý
trajectoire rectiligne.
  Il faut bien reconnaÓtre que, sur ce point,
les inventeurs et les initiateurs allemands
- qui avaient ÈtÈ dÈpassÈs de
beaucoup par
les inventeurs franÁais, initiateurs du canon de
75, du frein hydropneumatique et du canon
Schneider-Deport - avaient pris, ý leur tour,
une rÈelle avance en ce qui concerne l'artil-
lerie lourde. Sans s'arrÍter aux objections,
quelque sÈrieuses qu'elles fussent et dont les
plus graves Ètaient la difficultÈ des transports
et la complexitÈ des moyens de ravitaillement
en projectiles, ils avaient marchÈ de l'avant et,
par le vote des lois dÈfinitives, l'artillerie
lourde allemande Ètait constituÈe; elle comp-
tait 36 obusiers, sur I44 piËces, par corps
d'armÈe.
  Nous indiquerons plus loin les polÈmiques
et surtout les dÈfaillances qui, en France,
retardËrent l'adoption des proj ets de loi
dÈposÈs devant les Chambres et comportant
la crÈation d'une artillerie lourde.
  En fait, les obusiers allemands, sans produire
un effet considÈrable sur l'infanterie (ce n'Ètait
pas leur but), devaient aider l'armÈe allemande
dans la dÈfense des positions qui la main-
tinrent sur les falaises de l'Aisne et dans les
plaines de Flandre; ils ont donnÈ trop souvent
aux troupes allemandes cet avantage moral,
de voir les troupes franÁaises exposÈes aux
projectiles, tandis que notre propre artil-
lerie de campagne, en raison des distances
ou des levÈes de terre, restait forcÈment
inactive.
ASRONAUTIQUE          Un puissant effort a
                    ÈtÈ fait Ègalement en
Allemagne pour appliquer les rÈcentes inven-
tions de la science en matiËre de navigation
aÈrienne. On connaÓt la carriËre illustre
de
l'inventeur Zeppelin et les concours enthou-
siastes qu'elle a obtenus en Allemagne.
  Finalement, l'Etat-major allemand pour-
suivit ses Ètudes sur trois systËmes de ballons
dirigeables  les souples (type Parseval), les
demi-rigides (type Gross), les rigides (type
Zeppelin). C'est. ce dernier qui a fini par
l'emporter.
  ComposÈ d'une armature en aluminium,
enveloppant des ballons sphÈriques ou bal-
lonnets, les Zeppelins contiennent de 20 ý
27.000 mËtres cubes de gaz hydrogËne pur,
ont une vitesse moyenne de 50 ý 65 kilo-
mËtres ý l'heure, un rayon d'action de 500
ý 6oo kilomËtres. Le type Siemens-Schuckert
est construit en bois. Ces dirigeables sont
gÈnÈralement pourvus de trois nacelles com-
muniquantes et portent ý l'avant deux ca-
nons. Ils peuvent transporter un poids de i.200
ý I.500 kilogrammes d'explosifs.
  Des hangars ý Koenigsberg, Kiel, Ham-
bourg (groupe des cÙtes), ý Francfort, Gotha,
Bitterfeld, Berlin, Thorn, Brunswick, Fried-
richshafen, au total une trentaine, servent de
refuges et de points de dÈpart aux Zeppelins.
Une   quinzaine  de  hangars  dÈmontables
peuvent favoriser leurs incursions sur territoire
Ètranger. Les Zeppelins sont destinÈs surtout ý
lancer des projectiles sur les docks, les arse-
naux, les forteresses, mÍme sur les vaisseaux,
gr'ce aux appareils spÈciaux construits par
une maison d'IÈna. On peut les dÈtruire jus-
qu'ý 2.000 mËtres par le canon, au-dessus
de 2.000 mËtres par l'aÈroplane.
  Leur dÈfaut capital, c'est leur facilitÈ d'ex-
plosion, augmentÈe encore par la formation de
gaz dÈtonants dans l'atmosphËre qui les en-
toure ; la surface qu'ils offrent ý la tempÍte,
et la surcharge Ènorme qu'amËnent les pluies
en tombant sur leur enveloppe, ont aussi pro-
voquÈ des catastrophes qui paraissent en faire,
en somme, un instrument de guerre assez
mÈdiocre.
  Aussi l'Allemagne, suivant l'exemple de la
France, s'est consacrÈe, depuis quelques annÈes,
avec un soin particulier, ý la construction et
ý l'entraÓnement de sa flotte d'avions. Les
monoplans Taube, les biplans Albatros ou
Aviatik, blindÈs pour la plupart, sont des en-
gins redoutables. Une souscription nationale,
qui procura plus de six millions de marks,
1 920


Go up to Top of Page