University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Bulletin de la mission laïque Française
(1917)

Les déportations et le travail forcé,   pp. 14-24 PDF (5.0 MB)


Page 17


DE  L f MISSON  L AJ U  P AN(AI
17 :
'¢
et l'indignation qui r~gnent dans les foyers' ds
souffrances.
tent les sentiments les plus fiers et les plus pro-
ur de la liberte, la libert6 du travail et surtout
L'autorit6 militaire a dit que, si elle procedait
c'est parce que. les bourgmestres avaient refus6
les bourgmestres contre ce reproche ? Nous affirmons fermement qu'il n'est
pas justifid. Les bourgmestres ont fait afficher l'ordre de l'autorite qui
requiert de se faire inscrire sur les registres tenus par l'administration
communale. Ils ne pouvaient rien faire de plus. Les lois de notre pays ne
leur permettent pas de s'introduire chez les particuliers et de se livrer
a des
recherches sur leur etat social. Le Belge est maitre chez lui et ne doit
compte
a personne de ses conditions d'existence.
Un bourgmestre qui se serait permis de dresser lui-meme une liste de
ch6meurs se serait attire la malediction publique. I1 se serait associe au
coup de force qui va contraindre un grand nombre de nos concitoyens a se
rendre en Allemagne pour effectuer un travail rebutant, celui dont l'effet
se retourne contre sa patrie.
On dit que les travailleurs ne seraient embauches que pour ies entre-
prises etrangeres a la guerre; mais que vaut une pareille explication ?
En prenant la place d'un ouvrier allemand, un ouvrier belge.permet de
remplir un vide dans l'armee allemande. C'est travailler pour l'Allemagne,
c'est se battre contre sa patrie. L'instinct public ne s'y est pas tromp6.
II a
rdsist& aux appels pressants et aux promesses allechantes affichees sur
les
murs. Tres rares ont k6 ceux que l'appAt des gros salaires ont attire en
Allemagne.
La presse allemande taxe notre population ouvriere de faineantise. C'est
calomnier les Belges qui ne sont pas paresseux, mais qui aiment leur pays
et qui ont conscience des devoirs que la guerre leur impose. Nul homme
d'honneur ne peut blAmer leur resistance.
Nous avons tenu, Excellence, a vous exposer ces faits afin que vous
puissiez employer votre haute autorit6 a mettre un terme a cette violation
flagrante du droit des gens. Nous eussions manque a nos devoirs de man-
dataires publics si nous n'avions pas fait entendre la voix de notre cons-
cience dans un moment aussi grave et aussi douloureux.
Agrdez, Excellence, etc.
I Ont signe: Les s~nateurs MOSSELMANN, ROLAND,
vicomte VILAN, DEMERBE et les repr~sentants
Alphonse ARMIGNt, MASSON, BASTIEN, MAI-
ROLLE, BRENEZ et SERVAIS.


Go up to Top of Page