University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Bulletin de la mission laïque Française
(1917)

Les soldats de la "kultur",   pp. [1]-13 PDF (6.1 MB)


Page 8


~ :W9V
LA4
ItE   6 "P -f.-b; s:6tu, t du meme mt
M0Ferry, f~alg r6 le d~vouement doint e
00 .pruves, .'est vu interdire, sous peine d'e
*ufftx  Frangais. Comme elle r~clamait con
AsX0infirmier-chef lui repondit: a C'esrpar c
X;consdquences terribles, 'Beaucoup de, -n
: sauvds, ont succombd A la gangrene et a
NOS ennemis ont rzoulu terrariser leur
: - aawntest; mais, comme k dit to r apport offfi
dans kas fines franfaises est bwien diffit d
0 Les Atrocitcss Allema
l e Gouvernement anglais vient de
Esrie de documents , relatifs aux atrocit(
guerre .commises par les Allemands en j
:frangaise en publie a son tour la tradu
.-frafasae. On y trouve les rapports du b
dant les forces alfihes au Cameroun ; dL
mandant les troupes frangcaises dans la
colonel Brisset, commandant la colonne
aussi la correspondance 6changde par 1(
chef des troupes en campagne de l'nion
-allemand Franke, commandant les troupl
mande du sud-ouest, et avec le gouiverne
Ges diffirents documents acquierei
precautions qui ont pr~sidi& a leur cons,
<;recueillis aux sources ies plus sdires et sc
Cameroua, la sauvagerie des Allemands
incendid les villages, tud hommes, femn
hasard. Tout indigiene coupable de ne
;::::anglaises et frangaises 6tait passi& par le-.
f;tmilitaires allemands faisaient usage des f
: -coulpe. Les militaires allemands eux-nift
Les rapports des m~decins sont des di
souvent appuyer des photographies. Les
qq lils ont essays d'arracher i la mort,
-;V .ssures, lesquelles sont inumdrdes et
- les troupes allemnandes faisaient feu sur
Ibiohs qu'elle's en trouvraient l'occasion.
D ;-: SSans le sud-ouest africain allemand,
f: dimce du gintra1 Botha avec les, chefs r
0  pardculii~rement significatifs. Les Allerr
¢ empoisonnaient P'eau des puits. Le ghnit
L A I Q U R   1 I ,          -
~~~~~~~~~1             a ..-_ Y--musms wF  lJalUl,}UN
a C'esr par ordre %i Une telle mes-ure a eu dis;
ucoup de,-nos bless~s, qu; auraient pu 6tr
Bngrene et a l'infection-.                :
rrariser leurs adreseir pour ks raincre plus
'erapport ofeiil, r le sentiment qu'il ont natitre
sn diffrent de la teri-eur o.
Allemandes en Afrique
liS vient de rendre publique une implortante
aux atrocit~s et aux violations du droit de la
emands en Afrique ,. Le Comitd de l'Atrique
tour la traduction dans son bulletin l'Afiique
pports du brigadier genitral Dobel, comman-
,meroun; du lieutenant-colonel Mayer, com-
ises dans la mi~me rigion, et du lieutenant-
t la colonne du Cameroun nord. On y trouve
angde par le g~ndral Botha, commandant en
~e de l'nion de l'Afrique du sud, avec l'officier
ant les troupes allemnandes dans l'Afrique alle-
Jle gouiverneur allemand Seitz.,
ltS acquierent une valeur juridique par les
a leur constitution. l es tdmoignages ont 6t6
is sdires et scrupule-usement contrblds. Dens le
sAllemands a dtd poussde a 1'extritme. Ils, oat
mmes, femmes et enfants en tas, comme au
able de ne pas avoir fui devant lies troupes
passi& par les armes. Les auxiliaires noirs des
t usage des fl~ches empoisonni~es et du coupe-.
ids eux-mitmes utilisaient des balles explosives.
sont des documents tragiques que viennent
raphies. Les victimes de la f~rocitd allem ande
r A la mort, pottaient parfois jusqu'i quinze
niumdrdes et scientifiquemnent ddorites. Enfin,
ient feu sur lies ambulances anglaises chaque
vocasion.
in alleand, les faits rdv~lis par la correspon-
c. les, chefs militaires et civils allemands sont
s. Les Allemands, devant c~der le territoirefi
its. Le ghniral Botha croit devoir exposer ces
} 0     _..^_^- Y_*-^v vvvsw wwswstacllwa".'uslzo  U Un
-f-110ifirmier-chef -lui repondit:  C'esrpar ordre *. Une telle m~esure a
4eu , s;
X;consequences terribles, 'Beaucoup de, -nos bless~s, qu; auraient pu ftre
Msauv1s, ont succombd A la gangrene et a l'infection .
Nos ennemis ont roulu terroriser leurs adreraires pour ks vaincre plus
aesdnwnt; mats, comme le dit le rapport ofciel,  L e sentiment qu'ils font
nattre
dans ls dfines franfaises est bien diffierent de la terreur ".
Les Atrocitss Allemandes en Afrique
l e Gouvernement anglais vient de rendre publique une importante
s&rie de documents , relatifs aux atrocit~s et aux violations du droit
de la
guerre commises par les Allemands en Afrique ,. Le Comite de l'Atrique
frangaise en publie a son tour la traduction dans son bulletin l'Afrique
franfaise. On y trouve les rapports du brigadier gentiral Dobel, comman-
dant les forces alities au Cameroun; du lieutenant-colonel Mayer, com-
mandant les troupes frangaises dans la mime region, et du lieutenant-
colonel Brisset, commandant la colonne du Cameroun nord. On y trouve
aussi la correspondance 6changde par le g~ndral Botha, commandant en
chef des troupes en campagne de l'Union de l'Afrique du sud, avec l'officier
allemand Franke, commandant les troupes allemandes dans l'Afrique alle-
mande du sud-ouest, et avec le gouverneur allemand Seitz.
Ces diffrents documents acquierent une valeur juridique par les
precautions qui ont pr~sidi a leur constitution. l es tdmoignages ont 6t
recueillis aux sources les plus sires et scrupuleusement contr6lds. Dans
le
Cameroun, la sauvagerie des Allemands a dt6 poussde a l'extreme. Ils ont
incendid les villages, tud hommes, femmes et enfants en tas, comme au
hasard. Tout indigene coupable de ne pas avoir fui devant les troupes
anglaises et franjaises dtait passe par les armes. Les auxiliaires noirs
des
militaires allemands faisaient usage des fl~ches empoisonnies et du coupe-
coupe. Les militaires allemands eux-memes utilisaient des balles explosives.
Les rapports des m~decins sont des documents tragiques que viennent
souvent appuyer des photographies. Les victimes de la fdrocitd allemande
qu'ils ont essays d'arracher A la mort, portaient parfois jusqu'i quinze
blessures, lesquelles sont inumdrdes et scientifiquement ddcrites. Enfin,
les troupes allemandes faisaient feu sur les ambulances anglaises chaque
fois qu'elles en trouvaient l'occasion.
Dans le sud-ouest africain allemand, les faits rdv~lis par la correspon-
dance du gintral Botha avec les chefs militaires et civils allemands sont
paimculiirement significatifs. Les Allemands, devant ceder le territoire
empoisonnaient l'eau des puits. Le ghniral Botha croit devoir exposer ces
! gi bitu,- : 9R
S A infirrE$-7
consi
-:d-- antn
:   color
: saussi
chef
mn~
psrice
mandl
colon
-laslem
Ibmand
pr&ca
remcu
i            i
i            i
 V11. - I
lu -Meme 'Mt
.,ment ont. (
itis peine d'e
k1amait con


Go up to Top of Page