University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 15 (1923)

Chapitre LXIX: Les objectifs limités,   pp. 213-252 PDF (30.8 MB)


Page 252


1-IISTOIRF ILLtJSTRI‡E DE LA GUERRE DE  19I4
aux mots sensiblement progressȪ les mots
largement progressÈ ª.
  Allait-on exploiter cette victoire? Les avions
signalaient des batteries allemandes repassant
les ponts de l'Ailette ; des patrouilles t'taient
les abords de la forÍt de Pinon. C'Ètait le soir.
Il fallait, d'abord, s'installer sur le champ de
bataille, relier les entonnoirs, refaire les che-
mins, ramasser les blessÈs, rapprocher les
canons, battre les ponts de l'Ailette et le pla-
teau de Monampteuil. La journÈe du 24 oc-
tobre se passe ý consolider la conquÍte du
plateau de la Malmaison, ý reconnaÓtre le
terrain boisÈ de la forÍt de Pinon et les
marÈcages de la vallÈe de l'Ailette.
  Mais, aller au delý,  exploiter ª la victoire,
c'Ètait s'engager par delý l'Ailette et se risquer
dans l'Ètroit couloir de l'Ardon, entre les deux
massifs de Laniscourt et de Monampteuil ; et il
fallait, ensuite, dÈboucher de ce couloir pour
arriver au pied de la butte de Laon. On voyait
dans le ciel les tours de la cathÈdrale. Quelle
tentation ! Et cependant on hÈsitait ; le prin-
cipe de l'objectif limitÈ s'opposait ý l'exploi-
tation. Laissons parler un tÈmoin:
  Le 24 octobre, je suis envoyÈ en liaison auprËs du gÈnÈ-
ral Maistre: il conduit l'action de la 6e armÈe, avec la prÈ-
cision et la minutie qui sont chez lui qualitÈs naturelles,
mais portÈes ý leur plus haut degrÈ de perfection...
La vic-
toire est si complËte maintenant, que nous nous deman-
dons s'il ne faut pas passer outre aux principes fonda-
mentaux de notre Instruction dÈjý presque terminÈe.
L'idÈe de l'exploitation du succËs ª nous hante.
Mais le
commandant en chef nous rappelle que nous n'avons pas
rÈsolu le problËme d'usure: si nous voulons poursuivre
l'action vers le nord, nos troupes seront retardÈes par les
marÈcages de l'Ailette et par la nÈcessitÈ de prÈparer
des
passages pour leur matÈriel, cependant que les grandes
unitÈs et l'artillerie rÈservÈes des Allemands auront
tout
le loisir de s'asseoir sur les massifs de Laniscourt-Monamp-
teuil, au sud de Laon; alors, sous les feux, puis sous les
contre-attaques, nous risquerons de nous trouver en situa-
tion nettement dÈsavantageuse et le bÈnÈfice moral de
la
victoire de la Malmaison pourra Ítre compromis. Le gÈnÈ-
ral Maistre, dont j'ai recueilli l'opinion ý ce sujet, m'a
semblÈ Ítre en complet accord avec le gÈnÈral
en chef et
prÈfÈrer demeurer sur un succËs complet que de courir
au-
cune aventure.
  Le commandant en chef tient ý se rendre compte sur
place de la situation, et j e suis dÈsignÈ pour l'accompagner
ý Belleu. Voyage silencieux. Au poste de commandement
de la 6e armÈe, je demeure auprËs du colonel Hergault,
chef d'Ètat-major, cependant que le gÈnÈral PÈtain,
le
gÈnÈral Maistre et le gÈnÈral Mollandin, chef
d'Ètat-
major du gÈnÈral Franchet d'EspÈrey, entrent en confÈ-
rence. Que se dÈcide-t-il ? Je l'ignore et je ne l'apprends
pas davantage pendant le retour ý CompiËgne, car le
commandant en chef me parle de tout autre chose. Tou-
jours est-il que, dans les journÈes qui ont suivi, on n'a
rien  risquȪ et que, par la suite, on s'est bornÈ
ý rÈoc-
cuper la totalitÈ du Chemin des Dames, au moment o~
l'ennemi a repliÈ ses positions jusqu'ý l'Ailette et jus-
qu'au nord du massif de Craonne (i).
  On se refusait donc, par dessein rÈflÈchi, la
joie de la poursuite, le bÈnÈfice Èventuel d'une
conquÍte plus large et autrement impression-
nante.
  Ludendorff    avait     risquÈ  ª  la   rÈsis-
tance sur place, PÈtain n'avait pas  risquÈ ª
l'exploitation de la victoire. Deux    tempÈra-
ments exactement opposÈs Ètaient en lutte.
La modÈration et le sang-froid du grand chef
franÁais affirment, ý ce point culminant, une
des plus prÈcieuses qualitÈs de la race.
  (I) Commandant LAURF, Au 3,' bureau du G. Q. G., p. 47.
        FIN DU QUINZI»ME VOLUME
ERRATUM. - P. 102, au lieu de : novembre i9i6. lire: I9I4.
252


Go up to Top of Page