University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 15 (1923)

Chapitre LXVIII: La crise militaire de 1917,   pp. 147-212 PDF (37.4 MB)


Page 157


LA CRISE MILITAIRE DE I9I7
30 l'exploitation du succËs par l'entrÈe en
opÈrations, au delý des lignes rompues, d'un
groupe de trois armÈes (y compris l'armÈe de
rupture) se montant ý un total d'au moins
3o divisions et 7 divisions de cavalerie.
  C'Ètait un vÈritable renversement du plan de
Joffre. Deux jours encore et, le 2i dÈcembre,
le gÈnÈral Nivelle prÈcise au gÈnÈral
Haig les
conditions de la nouvelle opÈration.
  Dans l'offensive de 19I7, les armÈes franco-britan-
niques doivent rechercher la
destruction de la masse prin-
cipale des armÈes ennemies
sur le thÈ'tre occidental. Ce
rÈsultat ne peut Ítre obtenu
qu'ý la suite d'une bataille
dÈcisive livrÈe, avec une su-
pÈrioritÈ numÈrique considÈ-
rable, ý toutes les forces dis-
ponibles de l'ennemi... (I). Il
est indispensable de disposer,
en dehors des forces desti-
nÈes au dÈbut ý fixer l'ennemi
et ý rompre son front, d'une
masse de manoeuvre suffisam-
ment puissante pour battre
ý coup ssr toutes les dis-
ponibilitÈs adverses... J'Èva-
lue ý un groupe de trois
armÈes, chacune de trois corps
ý trois divisions, la force ne-
cessaire de cette masse de
manoeuvre...
  Les forces ennemies seront
fixÈes dans la rÈgion Arras-
Bapaume et dans celle entre
Oise et Somme (seulement
fixÈes; donc plus d'offen-
sive principale sur le front
nord), par des attaques me-            LES CHIEN
nÈes respectivement par les
armÈes sous vos ordres et par les forces franÁaises.
  Pendant ce temps, une attaque brusquÈe exÈcutÈe sur
une autre partie du front franÁais amËnera la rupture.
Celle-ci sera immÈdiatement suivie par l'Èlargissement
rapide de la brËche et par la concentration, au delý, des
armÈes de manoeuvre destinÈes ý la bataille dÈcisive...
  (I) Le Ier fÈvrier I917, ý la date o~ Joffre devait atta-
quer, l'ennemi avait, sur le front occidental, I39 devisions
(ý If ooo hommes), soit environ 2 Ioo ooo hommes.
Les AlliÈs y disposaient de Io9 divisions franÁaises (ý
12 ooo hommes), 58 divisions britanniques (ý i8 000 hommes),
6 divisions belges (ý 24 000 hommes), soit environ
2 500 ooo hommes.
Les Allemands auront i56 divisions en avril.
  Or, il m'est impossible, en l'Ètat actuel de la rÈpartition
du front entre nos armÈes alliÈes, de former cette rÈserve
de 27 divisions. Pour me permettre de le faire, il est
indispensable que les armÈes britanniques relËvent les
divisions franÁaises Ètablies entre Bouchavesnes et la
route d'Amiens ý Roye. J'estime que ce front peut Ítre
tenu aisÈment par sept ou huit divisions... Cette relËve
devrait s'effectuer sans aucun dÈlai, sous peine d'apporter
un retard sÈrieux ý la prÈparation de notre prochaine
opÈration; je vous demande donc de la faire effectuer pour
le i5 janvier au plus tard.
Douglas Haig, nommÈ marÈchal le 25 dÈ-
                      cembre, avait, comme
                      French, sa pensÈe tou-
                  --jours portÈe vers le lit-
                      toral de la mer du Nord
                      et de la Manche. Il se
S DE LIAISON
rÈservait de pronon-
cer une offensive sur
Ostende-Zeebruge, au
cours de l'ÈtÈ, en cas
d'arrÍt dans l'offensive
du printemps. De plus,
la question du comman-
dement unique posÈe
dËs lors par Lloyd
George lui causait quel-
que souci; le ton unpeu
impÈratoire de Nivelle
ne lui agrÈait pas; il ne
promit donc son con-
cours qu'au cas o~ il
recevrait d'Angleterre
6 divisions nouvelles.
Nivelle prÈvint le mi-
nistre de la Guerre.
  Cependant on craignait toujours une vio-
lation de la neutralitÈ suisse par l'Allemagne.
Nivelle tourne ses regards vers l'Est: il rÈduit
l'effectif de la 2e armÈe (Guillaumat) de 25 ý
13 divisions et charge le gÈnÈral Foch de
toutes les Ètudes concernant les opÈrations du
groupe d'armÈes d'HelvÈtie; le G. A. E. sera
supprimÈ le 3i dÈcembre.
  Il espËre toujours Ítre prÍt pour le I5 fÈ-
vrier, car il sent bien les consÈquences d'un
retard. De jour en jour, sa pensÈe se concentre
'57


Go up to Top of Page