University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 15 (1923)

Chapitre LXVIII: La crise militaire de 1917,   pp. 147-212 PDF (37.4 MB)


Page 150


HISTOIRE ILLUSTRSE DE LA GUERRE DE I9I4
         IL. - SUR LE FRONT BALKANIQUE.
  a. La coalition recherchera la mise hors de cause de la
Bulgarie, le plus tÙt possible. La volontÈ du haut com-
mandement russe est de poursuivre et d'intensifier dans
ce but les opÈrations entamÈes.
  b. Contre la Bulgarie, les forces russo-roumaines agiront
dans le nord et l'armÈe alliÈe de Salonique par le sud, les
actions de ces deux groupements de forces Ètant Ètroite-
ment combinÈes, de maniËre ý obtenir la dÈcision
sur l'un
ou l'autre des fronts d'action, suivant le dÈveloppement
des opÈrations.
  c. L'armÈe alliÈe d'Orient sera portÈe aussitÙt
que
possible ý l'effectif de 23 divisions: cet effectif correspond
d'une part ý l'importance des troupes qu'il est possible de
faire manoeuvrer et d'alimenter sur le thÈ'tre d'opÈra-
tions considÈrÈ; d'autre part, aux prÈlËvements
que
peuvent supporter les thÈ'tres d'opÈrations occidentaux.
Dans le but d'atteindre cet effectif, le gouvernement bri-
tannique portera sans dÈlai ses forces ý 7 divisions, le
gouvernement franÁais ý 6 divisions; le gouvernement
italien, informÈ des intentions nettement affirmÈes par
le haut commandement russe, sera sollicitÈ de porter ý
3 divisions le contingent des forces italiennes de Salonique
  d. L'armÈe alliÈe d'Orient sera attentivement entre-
tenue au complet de ses effectifs.
  III. - THSATRE DES OPSRATIONS SECONDAIRES.
  Sur tous les fronts secondaires, des actions visant ý
l'immobilisation des forces ennemies seront poursuivies
avec des moyens aussi rÈduits que possible, pour rÈserver
le maximum de forces aux thÈ'tres principaux.
               IV. - APPUI MUTUEL.
  a. Les confÈrents renouvellent l'engagement d'appui
mutuel pris ý la ConfÈrence du 5 dÈcembre 1915 et pleine-
ment tenu par tous au cours de la prÈsente annÈe, ý
savoir:
  Si l'une des puissances est attaquÈe, les autres lui vien-
dront IMMSDIATEMENT en aide dans toute la mesure de leurs
moyens, soit indirectement par des attaques que les
armÈes non assaillies par l'ennemi dÈclencheront sur les
zones prÈparÈes, soit directement par l'envoi de forces entre
thÈ'tres d'opÈrations reliÈs par des communications
faciles.
  b. Pour rÈpondre ý cette derniËre ÈventualitÈ,
des
Ètudes de transport et d'emploi des forces combinÈes
seront entreprises entre les Ètats-majors franco-anglais
et italien.
  V. - ENTRETIEN DES EFFECTIFS DE L'ARMSE SERBE.
  Les effectifs de l'armÈe serbe seront entretenus par
enrÙlements volontaires de prisonniers de race serbe aux
mains de l'Italie et de la Russie, dans toute la mesure et
avec toutes les prÈcautions dÈterminÈes par ces deux
puissances.
             SignÈ * WIELEMANS, ROBERTSON, D. HAIG,
                        PORRO, colonel RUDEANU,
                      PALITZINE, PACHITCH, JOFFRE.
LA PRSPARATION
DU PLAN DE ,9,7
POUSSSE A FOND
O A il 1tnr%=1=
  Les propositions du
gÈnÈral Joffre Ètaient
ainsi adoptÈes. Ces rÈso-
j An Ju-r"'r-        lutions furent approu-
vÈes par tous les gouvernements et notamment
par le ComitÈ de guerre franÁais, sans aucune
objection.  Elles Ètaient, a Ècrit M. PainlevÈ,
l'expression mÍme du bon sens. ª
  Sans qu'il y est officiellement commandement
unique, toutes les armÈes de l'Entente s'incli-
naient spontanÈment, sans aucune contrainte,
devant l'autoritÈ incontestÈe de Joffre, et se ral-
liaient aux conceptions de celui qui avait brisÈ
l'invasion de I9I4 et qui, malgrÈ la ruÈe for-
midable de Verdun, avait su garder l'initiative
des opÈrations. Cette initiative, Joffre entendait,
maintenant, lui faire rendre tous ses effets.
  Les idÈes principales Ètant fixÈes dans le pro-
tocole de Chantilly, - ý savoir: continuation
de la bataille de la Somme pendant l'hiver,
offensive gÈnÈrale des alliÈs prÍte pour le
1er-I5 fÈvrier, offensive immÈdiate combinÈe
dans les Balkans entre les armÈes russo-rou-
maines et de Salonique, appui mutuel si l'on
est attaquÈ, - le gÈnÈral Joffre se mit tout
entier ý la prÈparation de la campagne.
   C'est alors que partent de Chantilly les
lettres, les ordres et les instructions destinÈs
ý mobiliser ce vaste ensemble. Dans le court
espace d'un mois, les textes se succËdent,
pressÈs et concis, empreints d'une certitude
sereine Èmouvante. Il faut en donner ici l'exposÈ
sommaire : on ne peut laisser dans l'ombre
ce testament militaire de Joffre.
   DËs le i8 novembre, Joffre communique ý
ses lieutenants le plan d'opÈrations ý pour-
suivre dans le Nord: il s'agit de rechercher
la rupture par une offensive d'ensemble des
armÈes franÁaises de la Somme ý l'Oise et une
offensive simultanÈe des armÈes britanniques
entre Bapaume et Vimy; - ces deux offensives
seront tenues prÍtes pour le Ier fÈvrier. - Les
moyens ý prÈvoir du cÙtÈ franÁais seront:
quatre armÈes (ioe, 6e, 3', ire) ayant chacune en
principe 3 corps en ligne de 4 divisions, forces
devant servir de cadre permanent aux divi-
I50


Go up to Top of Page