University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 15 (1923)

Chapitre LXVII: La grande crise de l'hiver 1916-1917,   pp. 93-146 PDF (12.8 MB)


Page 143


LA GRANDE CRISE DE L'HIVER i9i6-I9I7
mots, dans ses MÈmoires de guerre, sur cette
importantissime question. D'ailleurs, voici en-
core l'aveu de von Kuhl:
 L'Stat-Major ne pouvait rÈsoudre seul ces questions.
Elles auraient ds, en temps opportun, Ítre mises en dis-
cussion par les autoritÈs navales, ÈtudiÈes en liaison
par
les autoritÈs militaires et civiles, puis soumises ý l'autoritÈ
supÈrieure qui aurait indiquÈ la solution d'ensemble.
C'est ce qu'on a souvent nÈgligÈ de faire.
  Etrange  omissionª;
puisqu'elle Ètait de
telle  consÈquence    !
Omission qui justifie
la plainte aprËs coup
d'un autre membre de
l'Etat-Major, le gÈnÈ-
ral von Freytag-Lorin-
ghoven
  Les moyens d'obtenir une
dÈcision radicale de la guerre
mondiale ont ÈchappÈ aux
armÈes, alors que la situa-
tion stratÈgique est subor-
donnÈe ý la situation Ècono-
mique mondiale (i).
   Tout au plus,! un
 Allemand de haute va-
 leur intellectuelle,
 l'israÈlite W. Rathe-
 nau eut-il, ý ce sujet,
 quelques  intuitions
 qu'il essaya de rÈali-
 ser en crÈant la  Di-                  W. RA
 rection des matiËres
 premiËres de guerre ª, organisÈe par le dÈcret
 du 13 aost I9I4. Cet office, comme on le voit
 par les textes prÈcÈdents, ne fonctionna ja-
 mais que mÈdiocrement et n'aboutit guËre
 qu'ý une immense dÈsillusion. Et quand Lu-
 dendorff, comme il l'a expliquÈ surabondam-
 ment et un peu emphatiquement, dans ses
 livres publiÈs aprËs la guerre, essaya d'orga-
 niser quelque chose sous la direction du
   (i) Voir les belles Ètudes de M. Pierre BRUNEAU: Le rÙle
du
 Haut Commandement au point de vue Èconomique, dans Revue
 miliIaire gÈnÈrale, numÈros de septembre I921, fÈvrier
1922,
 mars I922 et suiv.
T
G. Q. G., il Ètait trop tard. Les ressources
que l'imprÈvoyance des administrations civiles
n'avait pas su accumuler manquaient et rien
ne pouvait plus les remplacer. Le systËme des
ersatz ne pouvait Ítre qu'un palliatif; d'autre
part, l'adversaire avait opposÈ ý la guerre sous-
marine sans restrictions l'organisation du blocus
gÈnÈral et ý fond. Dans ce duel de prÈvoyance
et d'intelligence, l'Allemagne devait finalement
                        succomber.
                           On a remarquÈ avec
                        raison que l'expÈrience
                        coloniale de la plupart
                        des grands chefs mili-
                        taires franÁais, Joffre,
                        GalliÈni, Lyautey,
                        Gouraud, Mangin, les
                        avait entraÓnÈs, mÍme
                        avant la guerre, ý dis-
                        cerner l'importance de
                        l'ordre Èconomique et
                        les avait habituÈs ý
                        collaborer avec les
                        autres services: ma-
                        rine, finances, affaires
                        ÈtrangËres, commerce,
                        agriculture, etc. Notre
                        haut Etat-Major n'È-
                        tait pas restÈ enfermÈ
                        dans sa tour d'ivoire
                        ni dans son orgueil
                          corporatif. Cet avan-
rHENAU                   tage fut dÈcisif. La
                          collaboration de l'ar-
 mÈe et du pays en fut plus Ètroitement assurÈe.
    Nous avons signalÈ dÈjý l'initiative prise ý
 l'Etat-Major du gÈnÈral Joffre en octobre I9I5,
 et qui aboutit ý la rÈunion d'une confÈrence
 des Etats-Majors interalliÈs ý Chantilly en
 vue  d'Ètudier les dispositions ý adopter
 pour assurer entre les commandants en chef
 des armÈes alliÈes une communautÈ de vues
 constante, aussi bien dans les mesures ý prendre
 au point de vue militaire que dans celles ý pro-
 poser ý leur gouvernement dans l'ordre diplo-
'43


Go up to Top of Page