University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 14 (1922)

Chapitre LXIV: Reprise de la bataille pour Verdun: Douaumont et Vaux délivrés/ (septembre-novembre 1916),   pp. 236-252 PDF (17.0 MB)


Page 241


REPRISE DE LA BATAILLE POUR VERDUN
SUR LES TALUS DU FORT DE DOUAUMONT. - AU FOND, LE BOIS DES FORGES
d'artillerie spÈciale est prÈvue pour le fort de
Vaux et, comme l'Ètat de l'atmosphËre rend
les vues trËs difficiles et le temps de plus en
plus contraire, on se dÈcide de rÈduire ý deux
ou trois jours au plus la durÈe de la prÈpara-
tion. Que de difficultÈs e t d'entraves accu-
mulÈes pour de telles entreprises !
  Et il faut surtout considÈrer l'ennemi: la
carriËre d'Haudromont est solidement for-
tifiÈe par des lignes de tranchÈes qui la relient
au fort de Vaux; le centre du terrain d'at-
taque est dÈfendu par des troupes et des
mitrailleuses essaimÈes ý l'est du ravin des
Fontaines et dans le bois NawÈ, avec points
d'appui sur les pentes sud du ravin du Bazil.
  L'ensemble de ce terrain avancÈ une fois
enlevÈ, on se trouvera en prÈsence du vÈritable
objectif, la crÍte; c'est l'ensemble des positions
constituÈes par les tranchÈes du Helly, le
fort de Douaumont, la Fausse-CÙte, le fort de
Vaux; cette ligne prÈsente des lacunes, mais
aussi des points d'appui extrÍmement forts,
solidement reliÈs les uns aux autres.
  Sur la crÍte, trois secteurs de dÈfense sous
les ordres du gÈnÈral von Lochow: Ier secteur,
cÙte du Poivre: VIIe corps de rÈserve et 25e
D. R., gÈnÈral von Zwehl; 2e secteur, Hardau-
mont: 34e, 54e, 9e D. I. et 33e D. R., gÈnÈral
von der Planitz; 3e secteur, fort de Vaux:
50e, I92e D. I., Ige D. Ersatz, gÈnÈral von
Steuben; au total, le jour de l'attaque: 2i ba-
taillons et demi.
  Comme artillerie, 209 batteries au moins
pouvaient entrer en action, soit avant l'offen-
sive, soit au moment o~ elle se dÈclencherait;
et encore ces forces devaient Ítre considÈra-.
blement augmentÈes au cours de l'action.
  Donc, supÈrioritÈ numÈrique incontestable
du cÙtÈ de l'ennemi; mais l'opÈration fran-
Áaise ayant, d'autre part, l'avantage de l'ini-
tiative, du choix de son terrain et de la prÈci-
sion des objectifs, la dÈfensive, Ètant obligÈe
24I


Go up to Top of Page