University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 14 (1922)

Chapitre LXII: La Bataille de la Somme,   pp. 184-[212] PDF (33.5 MB)


Page 210


HISTOIRE ILLUSTRSE DE LA   GUERRE DE    19I4
depuis le Ier juillet, avait ÈtÈ remplacÈ par le
Ier corps (Guillaumat) ý partir du 30 juillet.
Mais, surtout les opÈrations franÁaises se dÈve-
loppent maintenant sur deux secteurs dis-
tincts, celui de la Somme o~ la 6e armÈe avec
trois corps, 20e, 7e, Ier colonial, opËre en liai-
son avec l'armÈe anglaise, et celui de la boucle
du Santerre o~ Micheler fait face au sud avec
la 1Oe armÈe renforcÈe du 2e et du 35e corps.
  Ces deux ordres d'opÈrations se poursuivent
mÈthodiquement, mais non sans de sÈrieux
sacrifices; il faut enlever les tranchÈes une ý
une, s'attendre ý des contre-attaques et ý des
surprises incessantes. Au nord de la riviËre, le
20e et le 7e corps, frappant des coups alterna-
tifs, dÈgagent peu ý peu la ligne de Combles ý
ClÈry-sur-Somme ; le I2 aost, une magnifique
action d'ensemble fait tomber toute la ligne
de tranchÈes de Maurepas ý la Somme et le
20e corps pÈnËtre le i8 dans Maurepas, qui
succombera dÈfinitivement le 24: Combles et
ClÈry-sur-Somme Ètaient tournÈs du mÍme
coup. L'objectif, ý savoir la route de PÈronne
ý Bapaume, Ètait en vue. Mais le 20e corps
est ý bout de souffle : c'est ý ce moment qu'il est
relevÈ par le Ier corps (gÈnÈral Guillaumat); en
mÍme temps,le Ier corps colonial est relevÈ par
le 33e corps (gÈnÈral Nudant) qui ,lui aussi,revient
de Verdun.
  Sur ces prÈliminaires, on peut monter la
grande offensive combinÈe avec l'armÈe an-
glaise dont nous venons d'esquisser les grandes
lignes et qui se dÈveloppe du 3 au 9 septembre,
sur l'ensemble du front y compris la ioe armÈe.
  Pour les Anglais, les objectifs sont donc,
comme nous vencns de le dire: Guillemont,
Ginchy; pour la 6e armÈe, c'est le Forest-ClÈry-
sur-Somme, avec objectif final la route de Ba-
paume;pour la ioe armÈe,c'est la ligne de Bar-
leux ý Chaulncs avec, pour objectif final, la
route de Roye ý PÈronne, c'est-ý-dire laroute de
Lille ý Paris. Voici donc que se dÈcouvre le sens
profond de l'opÈration qui se prolonge depuis
deux mois ; elle dÈgage ý la fois la route de la
mer et la route des Flandres, tout en dÈsarticu-
lant le massif de Coucy-Laon par Saint-Quentin.
  Avec une vue si claire des choses parmi les
chefs et dans la troupe elle-mÍme, des rÈsultats
prÈcis ne se font pas attendre ; cette crÍte,
cette route sont indispensables : on les aura.
  Remontons du sud au nord: l'attaque est
dÈclenchÈe le 4 septembre ; les troupes de la
1Oe armÈe enlËvent, d'un premier Èlan, Soye-
court, Chilly, les tranchÈes de Barleux ý DeniÈ-
court; elles progressent vivement sur le pla-
teau de Chaulnes, mais sont arrÍtÈes encore
une fois devant Barleux (8-I5 septembre) ; les
Allemands s'accrochent dÈsespÈrÈment ý ces
derniers jappuis Idevant PÈronne; pourtant
leurs communiquÈs commencent ý parler de
 repli Èlastique ª.
  A la 6e armÈe, l'attaque rÈussit sur tout le
front : le Ier, le 7e et le 33e corps, celui-ci
passant la Somme et appuyant ý droite sur
ClÈry, enlËvent les lignes ennemies des bois
de Leuze, sur une longueur de I 500 mËtres
autour de Forest. Maintenant, on est en marche
pour le plateau ý l'est de Combles; on n'aura
plus qu'ý descendre de lý sur la route de PÈ-
ronne-Bapaume vers Bouchavesnes, et au
nord Rancourt, avec le rendez-vous gÈnÈral
au croisement des deux routes ý Sailly-Saillisel.
N'oublions pas que l'action de la 6e armÈe se
combinel avec celle desl Anglais sur Guille-
mont-Ginchy. Du cÙtÈ franÁais s'engage, le
i2 septembre, une des plus belles batailles
parmi les batailles de la Somme. Tournant
autour de Combles comme pivot, la 6e armÈe
a repris son mouvement d'aile marchante; le
7e corps est enfin sur la route de PÈronne-
Bapaume; il a enlevÈ de haute lutte Bou cha-
vesnes, tandis qu'ý sa droite, le 33e corps le
flanquait par le bois des Berlingots et qu'ý sa
gauche, le Ier corps prolonge la ligne anglaise
par l'est de Combles, lý ferme Le Priez et le
bois de l'HÙpital. Six kilomËtres de la ligne
ennemie sont tombÈs d'un seul coup; 2000 pri-
sonniers sont entre nos mains.
   On a les pieds sur la route : il faut consolider
un tel rÈsultat. On commence ý penser ý une
opÈration qui serait le clou de cette grande
victoire, l'attaque du Mont-Saint-Quentin. Mais
210


Go up to Top of Page