University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 14 (1922)

Chapitre LXII: La Bataille de la Somme,   pp. 184-[212] PDF (33.5 MB)


Page 209


BATAILLE DE LA SOMME
LES RUINES DE GINCHY, RECONQUIS PAR LA 49e BRIGADE BRITANNIQUE
AOUT                 La bataille traÓne du
ET SEPTEMBRE i6 au 23 aost, non sans
incidents hÈroÔques avec attaques et contre-
attaques journaliËres. Pas ý pas, verger ý
verger, maison ý maison, l'armÈe anglaise
grimpe sur la crÍte au-dessus de Martinpuich.
au moulin ý vent de PoziËres, aux abords de
Le Sars, ý la ferme Mouquet, dans les tran-
chÈes de Thiepval.
  On montait une offensive gÈnÈrale sur Guil-
lemont; il fallait y mettre le prix et ca fut une
prÈparation d'artillerie en rËgle, avec une con-
sommation de munitions Ènorme, comme aux
premiers jours. Cette offensive devait se dÈ-
clenche rsur tout le front,depuis le Hamel jusque
devant PÈronne; le coin enfoncÈ permettait,
de nouveau, l'usage de la tenaille. L'assaut
d'infanterie eut lieu le 3 septembre. Guille-
mont fut pris par la i6e division (gÈnÈral
W.-B. Hickie) et la 7e division, poussant de
l'avant, enleva Ginchy qu'elle put garder
d'abord malgrÈ une violente contre-attaque.
  Vers le sud, la liaison avec l'armÈe fran-
Áaise qui, comme nous allons le voir, opÈrait
sur Combles, se faisait ý la ferme Falfemont,
prise et reprise plusieurs fois. La position de
Ginchy restait de   conquÍte  prÈcaire; il
fallut s'y reprendre ý diverses reprises ; enfin,
le 49e brigade d'infanterie occupa le village
tout entier, le dÈpassa et s'installa dans les
tranchÈes ý l'est. Douglas Haig explique
en quelques lignes la portÈe de ce nouvel
effort et de ce nouveau succËs :  Sur ce front,
nous avions enfoncÈ l'ancienne deuxiËme posi-
tion ennemie ; nous avions brisÈ la barriËre
opposÈe par l'ennemi ý notre avance pendant
sept semaines. Le total des prisonniers atteint
depuis le Ier juillet montait ý I7 000. ª
  Du cÙtÈ franÁais, les deux mois d'aost et de
septembre Ètaient non moins glorieux et d'une
importance tout aussi considÈrable. On avait
ds, d'abord, procÈder ý un remaniement des
forces d'attaque: le 20e corps, qui combattait
209


Go up to Top of Page