University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 14 (1922)

Chapitre LXII: La Bataille de la Somme,   pp. 184-[212] PDF (33.5 MB)


Page 208


HISTOIRE ILLUSTRSE DE LA   GUERRE DE   I9I4
LES RESTES DE GUILLEMONT RECONQUIS PAR LA i6e DIVISION BRITANNIQUE
une poche toujours menacÈe sur ses flancs,
puisque l'ennemi occupait Thiepval et PoziËres
au nord et la ferme Maltz Horn au sud.
   Ce saillant prononcÈ appelait les attaques
de l'ennemiª, Ècrit Douglas Haig lui-mÍme ; il
Ètait nÈcessaire de le protÈger, notamment
au sud, et l'on pouvait y parvenir avec le
concours du 20e corps franÁais; mais il Ètait
nÈcessaire que la progression des deux armÈes
fst simultanÈe et exÈcutÈe en coopÈration trËs
Ètroite. On prÈpara donc, en commun, l'attaque
sur Guillemont et Combles, tandis qu'au nord
l'armÈe britannique se couvrirait contre une
attaque Èventuelle venant de PoziËres.
  Loin de se laisser surprendre, l'ennemi
attaqua le i8 juillet au centre (bois Delville);
une vigoureuse riposte des ge, 8e et 35e divi-
sions le contint ý la ferme Waterlot. Cette
contre-attaque marquait le dÈbut d'une ba-
taille dans la bataille, celle de Guillemont-
Ginchy que l'on croyait devoir durer quelques
jours et qui se prolongea en fait jusqu'au 9 sep-
tembre, c'est-ý-dire jusqu'ý la chute des deux
points: rÈsultat d'une importance capitale,
mais bien chËrement achetÈ ; ce fut la bataille
d'articulation et qui permit de conquÈrir le
pivot de mouvement tournant. Faute de
pouvoir donner le dÈtail de ces marches
hÈroÔques o~ les troupes entrent, tÍte baissÈe,
dans la mitraille, il faut, du moins, en mar-
quer les principales Ètapes: PoziËres succombe
le 23 juillet ; le 27 juillet le bois Delville est
repris, Longueval et ses jardins sont nettoyÈs;
le 30 juillet, Guillemont est attaquÈ et il est
mÍme enlevÈ le premier jour (3oe division);
mais une contre-attaque ennemie le reprend,
et il faut souffler. Nouvel assaut sur le village
le 8 aost, nouveau succËs et puis nouvelle
contre-attaque et nouvel Èchec. Il fallait soit
renoncer, soit tourner le village, soit changer
de manoeuvre, puisque l'attaque de front ne
rÈussissait pas.
208


Go up to Top of Page