University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 1 (1915)

Chapitre VI/ La France en face de l'Allemagne,   pp. 130-[152] PDF (11.2 MB)


Page 139


LA FRANCE EN FACE DE L'ALLEMAGNE
sa haute responsabilitÈ d'homme d'E-tat. Il l'as-
suma tout entiËre quand, au mois de mai i9i3,
estimant que la sÈcuritÈ du pays Ètait en
jeu
par l'accroissement des forces allemandes, il
dÈcida de conserver sous les drapeaux, le ier
octobre I913, la classe libÈrable ý cette date.
DÈcision vÈritable-  -__________
ment divinatoire
et qui prit, par la
suite, le caractËre
d'une mesure de
salut public! La
Chambre approu-
va, par 322 voix
contre i55, l'ini-
tiative du gouver-
nement.
  A la commission
de l'armÈe, le pro-
jet du gouverne-
ment fut modifiÈ.
Comme le nombre
d'hommes   prÈvuV
par  l'application
rigoureuse de la loi
de Trois ans et par
le principe de l'Èga-
litÈ de tous devant
le service militaire,
Ètait trop considÈ-
rable, en raison des
nÈcessitÈs budgÈ-
taires, une heu-
reuse proposition
de MM. A. de Mon-
tebello et Joseph    M. MILLERAND AUX
Reinach substitua ý ces deux principes celui de
la fixitÈ des effectifs, c'est-ý-dire qu'on se rÈ-
solut ý livrer ý l'armÈe, gr'ce au service
de trois
ans, les ressources en hommes, nÈcessaires pour
que les cadres fussent toujours au complet. Le
surplus des contingents pouvait Ítre renvoyÈ en
congÈ, par anticipation, le i5 novembre et le 15
avril de chaque annÈe. Les soldats, pËres de deux
enfants lÈgitimes ou ceux qui appartenaient ý
des familles comptant plus de huit enfants,
G
bÈnÈficiaient du renvoi; s'il restait encore. du
surnombre, les congÈs Ètaient attribuÈs
par le
tirage au sort. Le gouvernement fit sienne
cette contre-proposition.
   Devant la Chambre, la loi de Trois ans fut
 combattue par MM. Chautemps, Augagneur,
                           Thomas, Thala-
                           mas, le gÈnÈral PÈ-
                           doya ; elle fut dÈ-
                         fendue par MM. Le
                           HÈrissÈ, prÈsident
                           de la Commission,
                           PatÈ, rapporteur,
                       - ~ Joseph  Reinach,
                           de Montebello,
                           Raiberti,  AndrÈ
                           LefËvre :et, avec
                           une Èloquence sou-
                           ple et forte, par le
                           prÈsident du Con-
                           seil  c Nous Som-
                           mes    menacÈs,
                           rÈpÈtaient les dÈ-
                           fenseurs de la loi,
                           d'une  attaque
                           brusquÈe >), et,
                           faute de couver-
                           ture suffisante,
                           notre  concentra-
                           tion devra se faire
                           ý plus de ioo kilo-
                           mËtres de la fron-
                           tiËre.
       ______ ______ _____M. JaurËs, M .Au-
RANDES MANCEUVRES          gagneur, M. Paul
                          Boncour, M. Mes-
simny prÈsentËrent des contre-proj ets.- M. JaurËs,
son fameux systËme des milices avec une zone
de  concentration en arriËre de la frontiËre ª,
M. Messirmy, le projet de service portÈ de
deux ans ý trente mois.
  Ce dernier proj et se prÈsentait, avec l'au-
toritÈ d'un parlementaire qui avait ÈtÈ
ministre
de la guerre, et qui allait le redevenir il fut
repoussÈ cependant, par 312 voix contre 266.
MÍme, dans le parti radical, des hommes comme
13 9


Go up to Top of Page