University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 1 (1915)

Chapitre V: La politique des armements,   pp. 112-[129] PDF (389.5 KB)


Page 125


LA POLITIQUE S)laS ARNllME N FS
LE MONTAGE D'UN HANGAR DE ZEPPELIN
Le vote d'hier, c'est la fin du rÈgime des con-
servateurs;  c'est le commencement d'un
rÈgime nouveau. n Qu'importait, puisqu'on
Ètait dÈcidÈ ý jouer le va-tout
?
  Dans la joie du succËs, la Gazette de Cologne
dÈvoilait cyniquement les plans. de conquÍte
mondiale, rÈservÈs jusque-lý aux programmes
militaristes et aux prÈfaces de Bernhardi:
 La nouvelle loi militaire nous assure la paix
sur le continent, parce qu'elle augmente infi-
niment le risque que courraient nos adver-
saires possibles. Cette sÈcuritÈ nous rend
libre la voie vers une politique mondiale pro-
ductive. Nous sommes encore tout ý ses dÈbuts.
De longs chemins pleins de promesses s'ouvrent
ý nous en Asie et en AIrique (cela voulait dire,
nous aurons des colonies nouvelles et, si on ne
nous les donne pas, nous saurons les prendre).
De l'Ènergie et de l'adresse avec lesquelles nous
saurons profiter de ces voies nouvelles, dÈpend
la rÈponse ý la question de savoir si les sacri-
fices prodigieux que notre pays s'impose, n'au-
ront pas ÈtÈ inutiles. n
LES RSSERVES       Il est inutile de rappeler
ALLEMANDES que l'armÈe active n'Ètait
pas l'unique ressource, ni la seule prÈoccupa-
tion du gouvernement allemand. On a vu, ý
diverses reprises, dans les projets de loi suc-
cessifs, apparaÓtre le souci constant de l'orga-
nisation des rÈserves. On sait, maintenant,
que ce travail de prÈparation fut poussÈ secrË-
tement beaucoup plus loin qu'on ne l'avait
pensÈ tout d'abord, et que l'armÈe allemande
serait en mesure, dans les quelques semaines
qui suivraient la dÈclaration de guerre, d'ame-
ner sur le terrain cinquante-trois corps d'armÈe
tout constituÈs.
  Les chiffres sur le papier n'Ètaient qu'une
image affaiblie d'une prÈparation beaucoup
plus dÈveloppÈe et plus efficace.
  En somme, on constituait un immense


Go up to Top of Page