University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 1 (1915)

Chapitre V: La politique des armements,   pp. 112-[129] PDF (389.5 KB)


Page 114


IIST9IRI ILLUSTRSE 0F LA GUERRE )E1 I914
  Les efforts se portaient, avec un esprit de
suite remarquable, sur la prÈparation de
l'armÈe active, celle qui Ètait destinÈe
ý donner,
le cas ÈchÈant, le coup de massue.
   L'armÈe allemande, disait le gÈnÈral
Hee-
ringen, ministre de la guerre, doit Ítre prÍte
ý faire face ý l'ennemi, en tout moment, sans
qu'on ait ý compter avec l'incorporation des
recrues. ª
  Et le ministre de la marine, l'amiral von
Tirpitz, que les pangermanistes poussaient en
avant comme le chef du mouvement, ajoutait,
avec plus de prÈcision encore, devant le Reich-
stag:  Tout peuple doit considÈrer que les
hostilitÈs Èclateront probablement ý l'impro-
viste. C'est dËs le dÈbut de la guerre qu'auront
lieu les opÈrations dÈcisives. ª
  Voyons par quelle suite d'efforts incessants
les autoritÈs impÈriales veillËrent au dÈvelop-
pement de l'instrument d'agression: l'armÈe
active.
L'ARMSE
ACTIVE
  En 1874, l'Allemagne comptait,
dans son armÈe active:
           469 bataillons d'infanterie,
           3oo batteries,
           465 escadrons.
  La loi du i5 juillet i890 porta l'effectif ý
           538 bataillons,
           434 batteries,
           465 escadrons.
  En i905, une nouvelle augmentation se
produit:
           633 bataillons,
           574 batteries,
           5io escadrons.
  La force de l'armÈe allemande est ainsi
portÈe de 40I.000 hommes ý 487.oo0 hommes
(officiers et sous-officiers non compris), puis
ý 505. 839 hommes.
  En i9ii, nouvelle augmentation de 2,8   , 0,
qui renforce surtout l'artillerie
          ~34 bataillons,
          592 batteries,
          5io escadron<.
sont prÍts ý partir au premier signal.
  A peine ce  quinquennat ª est-il votÈ, qu'en
I9I2, une loi, justifiÈe  par la concurrence des
intÈrÍts matÈriels entre les nations ª,
affirme
le caractËre nettement offensif de ces conti-
nuelles augmentations.
  La loi de i9ii avait prÈvu un accroisse-
ment de ii.ooo hommes; elle crÈait II4 com-
pagnies de mitrailleuses, i8 batteries de
campagne, 8 bataillons d'artillerie ý pied. S'ins-
pirant des enseignements de la guerre de
Mandchourie, elle tendait ý renforcer l'artillerie
lourde, et tenait compte du fait que  la
puissance des moyens d'attaque et de dÈfense
allait donner uin caractËre dc guerre de siËge ý
la campagne lutuËre ).
  Pionniers, chemins de fer, aÈrostiers, tÈlÈ-
graphistes, automobilistes, trains des Èqui-
pages Ètaient dÈveloppÈs.
  Ainsi on arrivait aux effectifs suivants
     5Xi.ooo soldats,
     71.000 sous-officiers,
     14.000 volontaires d'un an,
       6.ooo employÈs ou ouvriers militaires
devant former, en i9i5, une armÈe active de
626.o0o hommes.
  L'article additionnel de la loi de i9i2 ten-
dait  ý charpenter solidement, en temps de
paix, les corps de premier choc destinÈs ý
donner l'effort maximum dans les batailles
initiales ª.
  Cette loi dotait les rÈgiments de frontiËre
d'un troisiËme bataillon, renforÁait l'effectif
de I23 bataillons et de II batteries, ajoutait
aux 626.o0o hommes, prÈvus en i9II, 29.000
soldats, 5.000 sous-officiers et 3.000 offi-
ciers. Avec les 40.000 officiers et fonction-
naires militaires, l'armÈe active s'Èlevait ý
70O.ooo hommes.
  Entrons dans quelques dÈtails
  Le nombre des corps d'armÈe Ètait portÈ
ý
25, dont 2I prussiens, 3 bavarois et la garde.
La couverture s'augmentait de 2 bataillons
de 9 compagnies de mitrailleuses, de 4 batteries
de campagne, de 2 batteries d'artillerie ý pied,
d'un escadron de cavalerie et de 2 sections
de projecteurs.
I 14


Go up to Top of Page