University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome 1 (1915)

Chapitre IV: L'Allemagne politique,   pp. 63-[111] PDF (6.6 MB)


Page 105


L'ALLEMAGNE OIQU
Li' \ ACHTE 1MPSRIAI H[0JILEN'Z0LLERN SALUIS PAR LES FORTFS 1)I{ NIEDW.V
Il disait ý celui qui Ècrit ces ligues que sa prin-
cipale fonction, en tant que chancelier, Ètait
(le courir aux quatre coins de l'Allemagne pour
rÈparer les imprudences et les intempÈrances de
langage de son maÓtre.
LE COMTE        Le prince (le HohÓeÓlolÓe
eut
DE BULOW      pour successeur le comte Ber-
niard de Bulow, fils d'un des principaux colla-
borateurs de Bismarck     ___________
comme 1il fut appelÈ ýr
jouer un rÙle prepon-
(lÈrant (Ians~ les ÈvÈne-
mnents (le la guerre (le
19I4, il1n est pas inutile
(le r-appeler les l)rinci-
paux traits de son carac-
tËre et de son activitÈ
politique.                  -ÓC
  I] est nÈ le  1 ma Ójq
prËs de Hambourg, (lu
famille rnecklernbour-
geoise, ayant (les ori-
gines danoises     c'est
plutÙt un scandinave
qu'un prussien  il fit
ses Ètudes dans l'Alle-
magne du sud et vÈcut
de nombreuses annÈes
ý l'Ètranger. Il fut se-
crÈtaire d'ambassade '      L'ARRI»RE DU
YA
Paris o~ il connut Gambetta et Jules Ferry,
puis ministre en Bulgarie, ambassadeur ý
Rome o~ il Èpousa la comtesse, Donhoff, nÈe
p)rincesse de Camporeale, fille de _Mme Lauira
Minghetti. Allemand, certes, mais, comnme on1
le voit, Allemand eui opÈanisÈ et humnanisÈ.
  Le comte Bernard (le B3ulow, le cher Ber-
niard ª put se cron e, aprËs qlueilques annÈes
de
mninistËre, 1l'homnie dlu rËgne. Par la volontÈ
de
     ___________________ l'Em pereur,  une   inti-
                      mitÈ cordiale s'Ètablit
                      (eitre le maÓtre et le
                      serviteur. L' lmÓpereur
                      'VoVait  so11  minisr
                      tous les j'ours, pour le
                      plaisir de bavarder ; il
           ' ,        le~~ tutoyait, le cajolait,
                      le comblait, faisait pa-
                      x oiser la flotte en son
                      honneur. De son cÙtÈ,
             I ~~     il se croyait assurÈ d'un
                      serviteur si coulant et
                      si souple, sans deviner
                      peut-Ítre, sous les ap-
                      parences charmantes,
                      l'esprit perspicace qui
                      le jugeait et l'humeur
                      maligne  que   l'excËs
                      mÍme de ses atten-
                      tions agaÁait parfois.
CHT IMPSRIAL            Le comte cie Bitowv,


Go up to Top of Page