University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The Literature Collection

Page View

Hansi, 1873-1951 / Mon village, ceux qui n'oublient pas / images et commentaires par l'Oncle Hansi
(1913)

La fête,   pp. 22-23


Page 22


     Comme toutes les fÍtes d'Alsace, le Messti commence par un plantureux
repas de   j
famille. Soupe aux quenelles, civet de liËvre aux nouilles, puis un
rÙti Ènorme; avant que
J'on serve les tartes arrivent les cousins, les cousines, les amis des, villages
voisins avec
leurs paniers et leurs 'parapluies. Officiellement la fÍte ne commence
qu'aprËs la tournÈe Il
de M. le, Gendarme. Car il fait sa tournÈe pour voir si le drapeau
allemand est bien, .' 
comme le veut la loi, plus haut placÈ que tous les autres; puis il
inspecte minutieusement
la baraque aux pains d'Èpices, pour voir siTlon n'y expose pas de
mirlitons aux couleurs  4
franÁaises. Cela vous paraÓtra presque impossible, mais il
paraÓt que l'Empire allemand  Mi
avec ses milliers de soldats, ses forteresses et ses canons Krupp, ses cuirassÈs
et ses
Zeppelins courrait un danger immense si, ý la fÍte de mon village,
un petit garÁon soufflait j
dans un mirliton tricolore. Mais si tout est en ordre, la fÍte commence.
C'est d'abord un
cortËge prÈcÈdÈ de quelques musiciens: la plus
jolie fille vient offrir un biscuit d'honneur
ý M. le Maire. Puis, jusqu'au milieu de la nuit, c'est le bal; et
il est souvent bien tard
quand les derniers amis nous quittent pour rentrer chez eux, emportant dans
des serviettes
de gros morceaux de Kougelhopf.
- 22 -


Go up to Top of Page