University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Bulletin de la mission laïque Française
(1917)

Les déportations et le travail forcé,   pp. 14-24 PDF (5.0 MB)


Page 22


d& Belique, avec i a tE
tr"it des tdits pace qu'il
Ite. Oui, a la parole dont
neur g*niral de Belgique
. i : Jamais les jeunes gens
enr,61s dans l'arm~e, Soit
tarce qu'ils ont cru a cetd
dereur allemand que nos
le sikge d'Anvers et que
e mands peuvent les pren
i   esclavage. Frires fran ce
Nntants politiques ont de   de
travailler en ce moment p
eaque ouvrier belge en All
dat au front
d'industrie ont demande
lomique dans notre patrii
dernier soupir n.
Is socialistes et catholiqu,
;6e de solidarity et une
cruels parce qu'ils 6taiet
,ilisation, au patriotismne
uit vain.
le, qui a un besoin extr~i
; dits ni d'un jour ni d'u
soldats et plus de mitraill,
ru cote des puissanees neul
nande si cette fois, devan
oltke ne va pas leur ins
er commettre un aussi a
iuvriere de Belgique se di
-e, se laveront les mains
nies allemandes ne sont
te. martyre du Droit, ne f
ies platoniques.
ies actes.
ls et leurs classes dirigeaj
Nifiisation jusqu'aux Ages
s vaincues en eselavage
peuple civilisd ?
e.s agissent ainsi, si le mc
Inctacle de lAchet4, vous
G Ouvriers fransais,
loutons pas~ de vous, notr
mble que si nous ne vous
wyaw--f ^1prsclame ; t J amais les jeunes gens
un nour y stre enrau1s dans t'arm? e xoif
ci0f;os   e t ::Aetparce qu'ils ont cru a cemt
;9\X Nosdirect de  d'empereur allemand que nos
Houllande aprv s le sige d'Anvers et que
fela que les Allemandi peuvent les pren
et~ les roduire en esclaiages  cefres franc i
Nos reprdsentants politiques ont deao
tpour un Belge, travailler en ce moment   r
e a ala Belgique. Chaque ouvrier belp e   en All
-;un nouveau soldat au fronti
eNos chefs d'industrie ont demanie
toute vie donomique dans notre patrie
fera rendre son dernier soupir   da
conLes ourvriers socialistes et catholiqui
une m  ame pensie de solidaritq et une
retirer eitsenco cruels parc qu'ils mtaien
lunnres  a la civilisation, au patriotisme
eTout est reste aain.
L'Allemagne, qui a un besoin extre?
placation de ses ddits ni djun aour ni d'u
envoyr plus de soldats et plus de mitraill?
,   Sige  les regardes du cit des puissanies neu d
lu f  u tElle se demande si cette fois, devan
consciunce rdvoltse ne va pas leur ins
- : :convient. Laisser commettre un aussi a
; S assocOer            f
La classe ouvritre de Belgique se di
c:00  ette fois encore, se laveront les mains
0  que les clomnies allemandes ne sont
: f0;feurs victimes ?
t  -aBclgique, martyre du Droit, ne f
VS0:Dni d~e sympathies platoniques.
:   Elle veut des actes.
0;<-0::;Les neutres et leurs classes dirigeaj
t t-ilsf reculer la civilisation jusqu'aux Ages
1,E  e f0 i populations vaincues en eselavage
t0ouv~riire d'un peuple civilisd ?
^'ie*;f.;50 00Si le~s autres agissent ainsi, si le mc
V;t )us4s un tel spectacle de lkchet,6, vous
.  ~uVeurs.
:\: :03 9- 0; : ;   Guvriers frans ais,
0 0 No~us ne doutons pas~ de vous, notr
f<: lno-us semble que si nous ne vous
- f2tC¢ x. Uest parce qu'ils ont cru a cente prole d'honneur du reprosnt
-W9\00direct de l'empereur allemand que nos ouvriers belges sone rentris
4e-
N 0Ho~llande apr~s le sikge d'Anvers et que les autres sont rest~s. Ces~t
p tW;4
- c0 :0 ela que les Allemandts peuvent les prendre maintenant pour lies d~porter:
:et~ les r~duire en esclavage. Frires francais. le .souffroireT-vous.
.0  Nos reprdsentants politiques ont demands de Tetirer Jes 6dits parce que,
15 :pour un Belge, travailler en ce moment pour lies Allemands, c'est combattre
5 :tttXla Belgique. Chaque ouvrier belge en Allernagne ne permet-il pas d'enroyer
-t:: Xun nouveau soldat au front -
fS   Nos chefs d'industrie ont demande le retrait des edits parce qu'ainsi
A'  toute vie 6conomique dans notre patrie deviendra impossible et qu'on
lui
-- fera rendre son dernier soupir n
s;k;: Les ouvrriers socialistes et catholiques, hommes et femnmes, unis dans
:une m~me pensie de solidarity et une m~me angoisse, ont demand,& de
:   retirer !es ddits cruels parce qu'ils 6taient contraires aux droits,
a la parole
do 0 nn~e, a la civilisation, au patriotisme et a la dignit6 de la classe
ouvrie're.
Tout est reste vain.
L'Allemagne, qui a un besoin extreme de brss, n'a voulu reculer l'ap-
placation de ses 6dits ni d'un jour ni d'une heure. Pour toute r~ponse elle
a
:$;fenvoyk plus de soldats et plus de mitrailleuses. Maintenant la classe
ouvrie're
M0: hge regarde du cote des puissances neutres.
C~ : Elle se demande si cette fois, devant ce crime de lMse-humanit,6, leur
conscience rdvoltke ne va pas leur inspirer enfin le geste d'6nergie qui
-:: :connient. Laisser commettre un aussi abominable forfait, n'est-ce pas
s'y
; :;Sas50cier ?
0 0  La classe vuvriere de Belgique se demande avec angoisse si les neutres,
c:00  ette fois encore, se laveront les mains comme Ponce-Pilate sous pritexte
d0 que tes: clomnies allemandes ne sont pas d'accord avec lies phaintes de
:;;00; eurs victimes ?
t~ La Belgique, martyre du Droit, ne veut plus de constatations verbales
ni00:D d~e sympathies platoniques.
:   Elle veut des actes.
0; < -:: Les neutres et leurs classes dirigeantes laisseront-ils faire?
L~aisseront.
il -isf reculer la civilisation jusqu'aux Ages barbares oui le lvainqueur
emmenai
1,00 :-sX populations vaincues en esclavage'. Laisseront-ils antantir la
classes
-0 fouvriire d'un peuple civilisd ?
'''e';g:.0':090  ile~s autres agissent ainsi, si le monde doit assisterencore
une fois de:
V;t )us4s un tel spectacle de lAchet6, vous, dul moins, soyez. nos amis et
nos
O uveturs.
:\: :03 9- 0;  : ;   Guvriers  frans ais,-.:
\ t0:No~us ne doutons pas de vous, notre cause est la vbtre.
il< lnous semble que si nous ne vous dinoncions pas l'attentat qui nous
wift-11 717                  t VV ;


Go up to Top of Page