University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Bulletin de la mission laïque Française
(1917)

Les soldats de la "kultur",   pp. [1]-13 PDF (6.1 MB)


Page 9


fWl L MISSION LAQUE IFRAN(SE
comme constituanL unc Violatuon dIC 1arucre 23 UU;
Ce soldat parle a son ennemi en soldat, noblementt:
que la prochaine campagne sera conduite avec la
les soldats des deux partis, et avec l'Pnergie, que
wav           :',,. P  -.-A---
VAW1LUI PUy* UtLLVLU UCU ,CU& IjUl IAJliULtaLLIILL FVUI lul, Iziai1 I
VJcV 'CalIVI&
que vous desapprouverez severement la continuation d'une pratique aussi
d~gradante que celle ci-dessus mentionnee P.                 -
I1 faut lire apres cela la rejonse de l'officier allemand. Le rustre veut
faire de l'esprit, sans doute, tout en ergotant. La convention de La Haye
n'a pas.  violee. On a simplement voulu rendre l'eau inutilisable. On
I'avait d'abord salee; mais comme cela n'Wtait pas suffisant, on recourut
# & des immersions de copper dip (litteralement, dit le traducteur, de
bain
de cuivre) et l'on decouvrit que par l'usage de cette substance tout ennemi
occupant la ville ne pouvait compter pendant quelque temps que sur l'eau
apportee dailleurs s.
Mais, K comme cette methode ne pouvait empecher que par negligence
on ne consommAt cette eau, des A avis o furent apposes a chaque point
d'eau ainsi traits, et, par ce moyen, toute possibiity de porter atteinte
a la
santd de l'ennemi par un moyen non chevaleresque fut conjuree n. Natu-
rellement, jamais les troupes anglaises ne virent aucun de ces A avis n.
Au
surplus, comme le fit de nouveau remarquer le general Botha, cette a pr&-
caution n si elle avait et prise, n'eu't point change le caractere de la
mesure
barbare adopthe par le commandant des troupes allemandes.
Le capitaine allemand Kruger avait, plus tard, donne cet ordre kcrit,
qui fut trouve par les troupes anglaises aux avant-postes
a La patrouille de Gabib a l'ordre de contaminer a fond avec maladic
la mine Ida, s'approcher de Swakop et de la mine Ida et n'y plus faire
d'eau >.
Le 22 mai i9i5, nouvelle lettre du gendral Botha au Gouvernement
allemand:
v A la ferme Bulsbout, sur la riviere Swakop, le jer mai I9I5, a l'occa-
sion de la derniere avance de mes troupes, I'eau des deux puits essay&e
par les chimistes expdrimentes - dont les services sont necessaires dans"
toutes les fractions de nos troupes a raison de l'empoisonnement systema-
tique pratique par lei troupes de Votre Excellence - donna une forte
rdaction arsenicale. L'eau de ces puits 6tait donc dangereuse pour la vie
humaine, et sans doute si elle eut k6 utilisde pour la boisson avec sa torte
teneur de poison - ce qui a un moment ou a l'autre pouvait se produirex
-le r~sultat eft &6 la mort de quelques-uns de mes soldats n.
Bien que la mort des soldats de l'Union par poison ne puisse avoirs
aacune influence sur dette campagne, je crois une fois de plus de mon
devoir de demander a Votre Excellence d'examiner si de pareilles mothodes
sont politiques; qu'elles soient inhumaines, cela n'est pas douteux.-
Que rnpond Seitz, gouverneur imperial ? I1 se r~fere a la r~ponse faite:
deji par l'officier allemand Franke: 11 n'y a pas violation des lois de Ia
guerre; si l'on empoisonne l'eau, c'est sejliement pour emprcher l'ennemi
de boire. Quant aux constatations faites a la ferme Bulsbout le ier 4na
915, le fait d'empoisonnement des puits ne saurait ktre mis a la charge des
- - - - - - - -     - __ --- - .__41 - I - . : - -A - II - _-_,


Go up to Top of Page