University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Bulletin de la mission laïque Française
(1917)

Les soldats de la "kultur",   pp. [1]-13 PDF (6.1 MB)


Page 4


et~~~~~~
9WdAUfrelf 4.s sde lepr opirr &  avne ba      vart ieniti
jjreitii une  boiti6 de poulet iqui lui restait de la veille.U pi
oni ntra fort irrit6 qu'elle y eit laiss6 les abatis et lui po
Jndignie, elle le sout 1eta a son tour. On lui ordonna aus
coucher; mais, des qu'elle fut dans son lit, les officiers vinren
Elk put leur khapper et se sauva a peine vetue. Poursi
rattrapbe par ses agresseurs furieux, elle fut d'abord erffe
rMaison ou le poste 6tait install. Le lendemain, on la rae
L'un de ses h6tes de la veille l'attacha alors sur une chaise,
de corde aux mains, aux genoux et aux pieds, avec tant de
dlX: mois apres, nous avons pu constater sur l'un des pe
femme la cicatrice d'une plaie qui lui avait W faite par le
serr6.
a Au bout de trois quarts d'heure de souffrances intol~ral
ver fut jetde sur son lit, toujours attach~e, jusqu'i ce qu'un
vers quatre heures de l'apres-midi, lui annoncer qu'elle alla
et la chercher pour la conduire dans des jardins ou se trouva
Ceux-ci ha rouerent de coups, et l'un d'eux la tint longtemf
sa botte, dont il lui 6crasait la gorge. GrAce a l'interventi
d'&tat-major. elle eut cependant la vie sauve '.
Cest partout la mime violence a4'elgard des vieiliards et de
A Le 8 septembre, a MWzy-Moulins (Aisne), M. LUger, rt
soldats allemands, pr~c~dds d'un lieutenant, amener aupr~s
dant un vieillard inconnu qu'ils bousculaient et frappaient.
rieur, apres avoir 6cout6 les explications du lieutenant, q
comprit pas, etendit le bras et donna un ordre bref. Im d   e
soldat descendit d'une voiture avec son fusil et tira sur le
s'affaissa. Celui-ci fut ensuite trains dans le foss6 de la ro
son corps faire des soubresauts. Enfin, une fourragere ren
s'itant avanc~e, on l'y chargea pour l'emmener au milieu d
capitaine vint, peu de temps apres, trouver le maire et lui d
vicillard beaucoup malade dans la plaine; il faut venir le
maire, accompagn6 de quatre hommes, se rendit, sous la co
cier, aupres du moribond qui rAlait, la bouche pleine de
transporter sur une civiere jusqu'au village, oii le malheure
arrivant. Le capitaine ntgligea de faire connaitre les raisons r u
cet inconnu avait 6td exdcute. 11 se borna i declarer que
: g~e de soixante-douze ans .
Lea scnes (te pillage se mtenlt aux sckes den eurtre; .I'aba
-   prennent part coinme pour montrer qu'en ce pays de la     alh
morale des fenme.s est PgaLF d celle des hommwe
.4 La commune de Proyart (Somme) a ktet occupe p
jours par des troupes ennemies; elles y ont pratiqud un pil
auquel ont participt six ou sept diaconesses v0tues de noir
W 16-113FIVW61M UIP AVU& ULP"91 I p Vif UVVU 19 Flat 44U staff avalvaV
WMU14LOUC'' ft A-t-R---
M.
pou                 it d      Ille un:t       t Hill
ierW  une    WU   de    let iqui M    resta t  e la Ve'
montra fort ir t6 qu' le y eOt I iss6 les abati et I ut' porta un 464fitit
 i,
:jf"
Indignie; elle le soudleta i. son tour. On lut' ord   ussi 6t dlilli
onna a    t        r W.,
Coucher; mais, des qu'elle fut dans son lit, les officers vinrent 1en arracher.
Elk put leur khapper et se sauva i peine vetue. Poursuivie et bient6t
rattrap6e par ses agresseurs furieux, elle fut d'abord erfferm&  dans-une-
Matson oii le poste 6tait installs. Le lendemain, on la ramena chez 9.1
Lun de ses h6tes, de la veille Vattacha alors sur une chaise, par trois tours
de corde aux, mains, aux genoux et aux pieds, avec tant de brutality que,
dIx' mois apre's, nous avons pu constater sur I'un des Poi nets de Cette
9
fern'Me la cicatrice d'une plaie qui M avait W faite par le lien fortemen't
,K Au bout de trois quarts d'heure de souffrances intol6rables, Mm- Delhi-
ver fut jet4e sur son lit, toujours attacUe, jusqu'i ce qu'un gendarme vint,
vers quatre heures de Yepr6s-midi, lui annoncer qu'elle allait 6tre fusilIke,
et la chercher pour la conduire dans des jardins oil se trouvaient des soldats.
Ceux-ci la rourent de coups, et l'un d'eux la tint Iongtemps - 6tendue sous
sa botte, dont il lui 6crasait la gorge. GrAce i Pintervention d'un officier
d'&at-major., elle eut cependant la vie sauve
Cest pat-tout la mime violence 44'e'gai-d des viedlards et des femmes.
A Le 8 septembre, it Wzy-Moulins (Aisne), M. Uger, rentier, vit quatre
soldats allemands, pr6c6d6s d'un lieutenant, amener aupr6s dun comma 'n-
dant un viefflard inconnu qu'ils bousculaient et frappaient. L'officier sup-
rieur, apr6s avoir 6cout6 les explications du lieutenant, que M. Uger ne
comprit pas       I                       rdre bref. Imm6diatement, un
, 6tend't le bras et donna un o'
soldat descendit d'une voiture avec son fusil et tira Sur le prisohnier,
qui
staffaissa. Celui-ci fut ensuite trains dans le foss6 de la route, oil l'on
vit
son corps faire des soubresauts. Enfin, une fourragre remplie de bless4s
,s'itant avance, on I'y chargea pour 1'emmener au milieu des champs. Un
CAPitaine vint, peu de temps aprs, trouver le maire et lui dit a 11 y a un
Viefilvird beaucoup malade dans la plaine; it faut venir le chercher -v.
Le
maire, accompagn6 de quatre hommes, se rendit, sous la conduite de l'offi.
cier aupre's du moribond qui rAlait, la bouche pleine de sang, et le fit
transporter sur une civie're jusqu'au village, oii le malheureux succomba
en
affivant. Le capitaine n6gligea de faire connalitre les raisons pour lesquelles
cet inconnu avait 6td ex6cute'. 11 se borna i d6clarer que la victime -6tait
g6e de soixante-douze ans
Les scenes (le pillage se me'lent aux sckest denteurtre; I'abominabks me'geires
I pi ennmt part coinme pous, inontrer qu'en ce pays de la  kultur  la vale-ar
wordle des frunmes est ;gate 4 celle des homwei
t La commune de Proyart (Somme) a ke', occup,6e pendant dix-sept
jours par des troupes ennemics ; elles y ont pratiqud un pillage abominable
auquel ont particip six ou Sept diaconesses 0tues de notir et portant des


Go up to Top of Page