University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Bulletin de la mission laïque Française
(1917)

Les soldats de la "kultur",   pp. [1]-13 PDF (6.1 MB)


Page 3


*Wtnnain,  -wilencso  . abbO Oudin se trouva r
Wablesse qu'on entendait aipeine- ses gimissernents. Le 15),
Sedan; et, dans un h6pitalFde cette ville, il ne tarda pas  :
de ses compagnons de misere, le cultivateur Mougeot, qui,
aussi, de nombreux coups, avait plusieurs c6tes fracturtes,
Aft:ait en meme temps transport a la caserne Fabert: la, suivant I'expression
d'un t~moin, les Allemands le jeterent sur de la paille comme un chien et
le laisserent mourir sans soins.
* Mile C(6te, au cours du terrible voyage, fut 6galement l'objet des plus'
indignes cruautis. Avant d'arriver a Tannay, elle fut attach&e a la roue
d'une voiture. A l'etape, les soldats la terrasserent dans la boue, la frapperent
brutalement et la trainerent par les cheveux. L'ayant poussde dans l'Nglise,
quatre d'entre eux la jeterent sur les marches de l'autel, puis, la saisissant
de nouveau, la lancerepnt au milieu des bancs. Elle fut ensuite, comme son
maitre, conduite a lh6pital-de Sedan. Elle en sortit, apres un s~jour assez
long, pour ktre rapatri~e avec les autres survivants des otages de sa
commune >.
IIs se montrent albjecis says motif, sans raison, parce que c'est leur nature.
Qu'araient-ilS 4 repi ocher ai Mman Lheuret..r. par exempi?
Le 5 septembre, vers dix heures et demie du soir, au Baizil (Marne),
trois Allemands v'inrent frapper a la porte et aux fendtres des dpoux
Lheureux. Le mari, apres les avoir fait entrer, consentit, sur leur demande,
a leur donner a manger. Aprcs s'ktre rassasies, les trois hommes monterent
au premier stage et s'introduisirent dans une chambre .ou se trouvait
Mine Lheureux, aupres de ses enfants. 1.6, un soldat essaya de s'emparer
de
la jeune Jeanne Lheureux; mais celle-ci reussit a se degager et a fuir avrec
sa sceur ainee. ltes Allemands. redescendirent au rez-de-chauss6e. Bient6t,
pourtant, lun d'eux remontait l'escalier. Trouvant la chambre ferm~e, it
tira dans la porte un coup de fusil et la balle, apres avoir traverse la
serrure,
atteignit aux reins Mme Lheureux. Transportee a l'h6pital d'Epernay, cette
mere de famille y succomba, le io octobre, apres cinq semaines de soul-
frances horribles s.
C'est aux faibes qu'ils s'en prennnt plus volontiers:
a Le village d'Hoges (Marne) a subi un pillage general, auquel ont pris
part des -femmes qui accompagnaient les infirmiers de la Croix-Rouge X
allemande. Le 5 septembre, un soldat ennemi tira un coup de fusil et alluma
-une ibotte de paille a l'entr~e dune cave isol~e oii se tenaient quelques
habitants. M. Constant Thomas, Ag de cinquante-quatre ans, voulut fuir
I'asphyxie. On l'entendit crier en sortant  N Grace ! ne me faites pas de-,-'
mal, j'ai femme et enfants! . Malgre sa priere, il fut presque aussit6t
.abattu d'un coup de -fusil i.
Les otf/ciers sont aussi brutes que leurs hoinamme,
a Le 8 septembre, a Maisons-en-Champagne, six officiersalllemandsef
pr6sentkrent chez la dlame Deihiver, dont le mari 6tait mobilis6, et lui-


Go up to Top of Page