University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 14 (1922)

Chapitre LX (suite)/ Le front occidental en 1915/ La guerre des tranchées,   pp. 1-[58] PDF (33.5 MB)


Page 13


LE  FRONT OCCIDENTAL EN    I9I5. -   LA  GUERRE  DE TRANCHSES
UNE F TE ORGANISSE PAR LES SOLDATS SUR LE FRONT ANGLAIS
Foch et Castelnau penchent pour limiter l'offen-
sive. Dubail fait observer qu'une rÈserve de
400 000 coups est suffisante et qu'en tout cas,
il faut attaquer, qu'on s'y est engagÈ envers
l'Italie, la Serbie, la Russie et mÍme l'An-
gleterre, et que l'opinion publique serait dÈÁue
et affaiblie par l'inaction. Finalement on tombe
d'accord pour continuer, sans changement, les
prÈparatifs prÈvus.
  N'Ètait-on pas dans une pÈriode favorable?
Les Allemands, depuis mars, avaient dirigÈ vers
la Russie la valeur de 9 divisions, de sorte qu'au
dÈbut de juin, les AlliÈs avaient une supÈ-
rioritÈ numÈrique de 68o bataillons sur le
front occidental ; contre I II3 bataillons alle-
mands, ils alignaient I 384 bataillons franÁais
(i o99 actifs et 235 territoriaux), 330 anglais et
8o belges. Pour soulager la Russie dans sa vaste
retraite, l'heure Ètait propice. Joffre se dÈcide
dans ce sens. Aussi, lorsqu'il eut, le I3 juin,
crÈÈ ses trois groupes d'armÈes, il prescrivit au
groupe du Centre (Castelnau) d'Ètudier et de
prÈparer une offensive puissante en Cham-
pagne, mais sous cette rÈserve:  pour le cas
o~ la 4e armÈe pourrait Ítre renforcÈe de plu-
sieurs corps d'armÈe ª.
  Jusqu'alors, les moyens dont Joffre avait
disposÈ ne lui avaient permis que d'engager
une armÈe ý la fois, la 4e en Champagne, la
1oe en Artois, la Ire en WoÎvre. Maintenant,
on pouvait envisager l'action simultanÈe de
plusieurs armÈes. Les disponibilitÈs s'Ètaient
en effet accrues par un ensemble de mesures
et de circonstances dont voici les principales.
D'abord, l'amÈlioration des organisations dÈfen-
sives avait rÈduit les effectifs de premiËre
ligne. Puis les renforts anglais avaient relevÈ
des unitÈs franÁaises, concurremment avec les
troupes territoriales utilisÈes dans les secteurs
calmes, ce qui permettait d'instruire, au repos,
les unitÈs actives. Ensuite la crÈation de i5 di-
visions nouvelles (I20e ý I29e divisions, ioe,
j5e et i6e divisions coloniales, I30e et j3je di-
visions), allait rendre possible le roulement
I3


Go up to Top of Page