University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 14 (1922)

Chapitre LX (suite)/ Le front occidental en 1915/ La guerre des tranchées,   pp. 1-[58] PDF (33.5 MB)


Page 9


LE  FRONT  OCCIDENTAL  EN  1915. -   LA  GUERRE  DE  TRANCHSES
OUVRI»RES OCCUPSES A LA FABRICATION DES CARTOUCHES
sonnel, peu ou plus de matiËres premiËres,
d'outillage et d'usines ; or il fallait, de toute
nÈcessitÈ, que la production d'avant-guerre fst
plusieurs lois dÈcuplÈe !
  DËs le 25 septembre, M. Millerand avait
pris des mesures pour rendre le personnel
mobilisÈ aux usines. A la fin de fÈvrier i9i5,
le nombre des ouvriers militaires en sursis
d'appel ou dÈtac4Ès de leurs corps dans les
usines de guerre de l'Stat ou privÈes s'Èle-
vait dÈjý ý 88 000; au dÈbut d'avril i9i5, il
y
avait I75 000 ouvriers (dont 34 ooo femmes).
  Des marchÈs avaient ÈtÈ passÈs, dËs le
mois
de dÈcembre 19I4, en Angleterre et en AmÈ-
rique, et ils devaient assurer une production
de 9oo tonnes d'acier par jour. En fait, la fabri-
cation des obus Ètait beaucoup plus urgente
que celle des canons. C'est ce dont les rappor-
teurs parlementaires, et M. Charles Humbert
en particulier, qui devait commencer bientÙt
sa campagne <. des canons, des munitions ª, ne
se rendaient pas suffisamment compte, lors-
qu'ils prÈtendaient qu'on est ds faire tout en
quelques mois. Le gÈnÈral Baquet, alors direc-
teur de l'artillerie, fait observer ý juste titre
l'Ènorme disproportion qui existait ý ce mo-
ment entre les commandes faites et les moyens
d'exÈcution, et comment cependant, en dÈpit de
ces graves insuffisances matÈrielles, l'usine
franÁaise sut prendre immÈdiatement le pas
sur les usines ÈtrangËres. Et les chiffres qu'il
cite ne laissent pas d'Ítre impressionnants:
cinq mois aprËs que, le 20 septembre I914, la
fabrication nationale eut ÈtÈ organisÈe, les
Ètablissements de l'Ftat, les grandes usines et
les nouveaux industriels avaient fabriquÈ
6 8oo 000 obus de 75, soit un million de plus
que l'armÈe n'en possÈdait ý la mobilisation.
N'Ètait-ce pas un magnifique rÈsultat ! On
sait d'ailleurs que la production ne fit que
croÓtre jusqu'ý la fin de la guerre: une usine
crÈÈe en 1915, l'usine CitroÎn, atteindra, en
9


Go up to Top of Page