University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 12 (1921)

Chapitre LIV (suite)/ La retraite allemande et la poursuite française (10-14 septembre 1914),   pp. 1-72 PDF (47.6 MB)


Page 10


HISTOIRE ILLUSTRSE DE LA GUERRE DE I9I4
et s'assure : i que la Ille armÈe fortement
ÈprouvÈe ne peut plus tenir le vaste front qui
lui est confiÈ; 20 que- les deux armÈes de gauche
IVe et Ve armÈes croient pouvoir tenir encore.
  Les ordres pour le io, ý la Ille et ý la IVe ar-
mnÈe, avaient ÈtÈ les suivants
  La Il1e armÈe tiendra en liaison avec la
Ile armÈe la ligne
Mo urmelon - le-Petit-
Moivre.
  La IVe armÈe, en
liaison avec la Ille ar-
mÈe au nord du ca-
nal de la Marne au
Rhin jusque dans la
rÈgion de, Revigny,
etc.  Les  Positions
atteintes Par ces ar-
mÈes devront Ítre for-
tifiÈes et maintenues.
   On pensait donc,
 jusqu'au io, que le
 front pourrait Ítre
 consolidÈ en Ècharpe
 de Reims ý Revigny.
 La Óiie armÈe n'avait
 qu'ý se replier der-
 riËre la Marne. Les
 ordres furent donnÈs
 en consÈquence ý la
 IIIe armÈe. Le mou-
 vement s'accomplit
non sans une grande               L'AISNE A
confusion entre les
divisions et les corps. Mais, ainsi que nous
l'avons exposÈ plus haut, dËs le io, de
grosses forces franÁaises s'Ètaient avancÈes
vers Connantray et avaient vivement pris ý
partie les forces allemandes. Celles-ci se h'-
tËrent donc de repasser la Marne dans la jour-
nÈe du ii.
  Les ordres pour le lendemain Ètaient ainsi
libellÈs, ý la suite de la visite du gÈnÈral
von
Moltke :
  La 11le armÈe a ordre de se fortifier sur une
ligne Thuisy-Suippes en liaison avec la Garde
(de la Il armÈe) ý Thuisy.
  La IVe armÈe devait fortifier la ligne Suippes-
Sainte-Menehould.
  Et il n'y avait pas une minute ý perdre pour
ces opÈrations. Le dÈsordre allait croissant.
L'ennemi avanÁait. Le gÈnÈral Foch entrait
                         ý Ch'lon s.- Son aile
                         gauche atteignait
                         Epernay. Il cherchait
                         visiblement ý prendre
                         par le flanc la i ve ar-
                         mÈe allemande ou ý
                         la rejeter vers le
                           D'ailleurs, ce qui
                         se passait ý la Ve ar-
                         mÈe (armÈe du Kron-
                         prinz) ne laissait plus
                         de choix sur le parti
                         ý prendre :sinon les
                         armÈes de von Hau-
                         sen et du duc de Wur-
                         temberg, restÈes en
                         flËch?, seraient prises
                         comme dans un piËge
                         entre les deux ar-
                         mÈes Foch et Langle
                         de Cary qui avaient
                         entamÈ la poursuite.
                           .Q uant au Kron-
                           prinz, il Ètait dÈcidÈ
                           ý  dÈguerpir   sans
            (photo MeYo.)  plus tarder vers le
P<nT~,TAVP1?TT
  Voici, en effet, cequi s'Ètait passÈ. Au Grand
Quartier gÈnÈral, on avait pensÈ, d'aprËs la
conversation avec le gÈnÈral von Moltke, que
l'armÈe du Kronprinz pouvait rester plus au
sud et faire flanc-garde de toute l'armÈe alle-
mande. Mais, dËs que le centre franÁais se
fut mis en mouvement, on commenÁa ý rÈflÈ-
chir au quartier gÈnÈral de la Ve ar.mÈe.
  Dans l'aprËs-midi du ii, peu aprËs la visite
du chef d'Etat-Major gÈnÈral von Moltke,
arriva ý Varennes le colonel von Dommner du
lu


Go up to Top of Page