University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 1 (1915)

Chapitre II/ La politique de l'Angleterre[:] la triple entente,   pp. 27-[40] PDF (6.6 MB)


Page 37


LA POLITIQU, 1)1' L ANGLI'TILRBE, ILA TRIPLE' E'NTENTE
M. Pichon, sous la prÈsidence de M. FalliËres,
de 1906 ý I9I2.
   Les tendances germanophiles d'une partie
de l'opinion libÈrale en Angleterre et mÍme
des membres du cabinet, mettaient parfois
en doute son efficacitÈ; mais la pratique, peu
ý peu, attÈnuait
cette cause de f ai-
blesse qui, d'ail-
leurs, disparut ý la
derniËre heure.
   En attendant,
l'entente permet-
tait ý la France
et ý l'Angleterre
de rÈgler les ques-
tions dÈlicates qui
restaient en sus-
pens dans le monde
entier,; notam-
ment, elle appor-
tait ý la France
l'appui de l'Angle-
terre dans la diffi-
cile question du
Maroc o~ l'Alle-
magne intervenait
Ènergiquement. Ce
fut, d'ailleurs, pour
les yeux clair-
voyants, la rÈvÈ-
lation des ambi-
tions du peuple et                   M. CHA
MB
amie, - on commenÁait ý dire parfois son
alliÈe - ne pouvait rester ý l'Ètat de conflit
latent avec la Russie. La guerre russo-japo-
naise avait considÈrablement diminuÈ, aux
yeux des coloniaux anglais, le pÈril de l'expan-
sion russe en Asie: on peut dire mÍme que ý
                           ce pÈril, un autre
                           s'Ètait  substituÈ,
                           puisque l'Alle-
                           magne avait pris,
                           jusqu'ý un certain
                           point, en Chine,
                           par la mainmise
                           sur Kiao TchÈou,
                           une influence que
                           la  Russie  avait
                           perdu en perdant
                           Port-Arthur.
                               Il y avait bien
                           la question de
                           Constantinople et
                           de l'Orient mÈdi-
                           terranÈen, o~ l'An-
                           gleterre Ètait liÈe,
                           de longue date, ý
                           la politique austro-
                           hongroise  contre
                           l'expansion slave.
                           Mais, ici encore, la
                           Russie, absorbÈe
      -              ~~~~~~~par ses difficultÈs
                   R       ~~~intÈrieureset le
ERLAIN                      travaiil de son re-
du gou~vernement
allemands visant la
conquÍte mondiale (Ói.
  RAPPROCHEMENT           Un   des principaux
  ANGLO-RUSSE          effets de l'Entente cor-
  diale anglo-franÁaise fut de rendre possible le
  rapprochement anglo-russe et d'achever ainsi,
  contre l'Allemagne, cette coalition europÈenne
  qui Ètait dans la logique des choses, mais que
  les positions prises antÈrieurement paraissaient
  devoir rendre si difficile.
     L'Angleterre, ayant fait, de la France, son
I    i) Voir phiq loin l'exposÈ (les affaires marocaines.
                           lËvement, parais-
sait moins ý craindre, tandis que les progrËs
de l'Allemagne en Asie et dans la direction du
golfe Persique, o~ la portait le vaste projet du
chemin de fer de Bagdad, ne pouvaient pas
ne pas inquiÈter l'Angleterre pour la sÈcuritÈ
du
canal de Suez et des Ètablissements de l'Inde.
   DËs le mois de mai i906, sir Edw. Grey,
ministre des Affaires ÈtrangËres du cabinet
Asquith, fit, ý la Chambre des communes, cer-
taines dÈclarations favorables ý un rapproche-
ment anglo-russe: sIl y a, entre les deux puis-
sances, une tendance croissante ý s'occuper


Go up to Top of Page