University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 1 (1915)

Chapitre VIII/ Les puissances européennes: la Turquie,   pp. 174-[191] PDF (8.5 MB)


Page 184


HIS IOIRE ILLUSTRSE DE lA GUERRE DR 191.
  4llatoujourssoutenu l'ÈgalitÈ des musulmans
et des chrÈtiens et dÈsire une autoritÈ constitu-
tionnelle au-dessus du pouvoir du grand-vizir,
aussi bien qu'au-dessus de celui du sultan...
Il m'a parfois parlÈ de son opposition Èner-
gique contre l'Ètablissement d'institutions spÈ-
ciales dans les pro-
vinces slaves... Il    -
n'est pas aimÈ du
vieux parti musul-
man, mais il est
regardÈ comme_
l'espoir des rÈ/or-
mateurs mahomÈ-
tans et chrÈtiens...
  En un mot, les
traits caractÈristi-
ques de la (( rÈfor-
me ª en Turquie
ont toujours ÈtÈ
les suivants : ten-
dance ý l'europÈa-
nisation, gouver-
nement constitu-
tionnel, ÈgalitÈ des
musulmans et des
chrÈ tiens, hostilitÈ
aux communautÈs
chrÈtiennes indÈ-
pendantes, surtout
aux slaves.
  C'est sur ces ba-
ses que s'accomplit         u.
la rÈforme de i908.
Elle fut l'oeuvre                    ENVER
des militaires, et
notamment de l'armÈe de Salonique, ayant ý
sa tÍte Mahmoud Chefvket. Ces hommes
croyaient avoir une prÈparation europÈenne
suffisante pour assumer l'autoritÈ gouverne-
mentale ; affiliÈs aux loges, ils se disaient libÈ-
raux ; mais ils Ètaient avant tout, par instinct
et par tradition, des centralistes et des autori-
taires. Ils voulurent garder Abd-ul-Hamid,
disant:  Il sera notre mikado ª; mais ne tar-
dËrent pas ý le renverser en nommant ý sa
place un mannequin: Mehmed V. Ils essayË-
rent alors de remettre en marche la vieille ma-
chine, aprËs avoir portÈ une main novice sur
les rouages les plus dÈlicats.
  On crut d'abord aux dispositions raison-
nables de ces hommes nouveaux. On les voyait
                          attentifs ý satis-
        -                ~~~~~~faire les dÈsirs des
                           puissances  euro-
                           pÈennes, notam -
                           ment des puissan-
                           ces libÈrales. On
                           Ècrivait :  Le
                           nouveau gouver -
                           nement turc est
                           plein de bonne
                           volontÈ; il accepte
                           les remontrances
                           et nef ferme l'oreille
                           ý aucune des pa-
                           roles aimables qui
                           lui  sont  prodi-
                           guÈes : il proteste
                           de sa dÈfÈrence
                           pour les avis qu'on
                           lui donne ; il con-
                           fie ses finances ý
                           un  FranÁais, M.
                           Laurent, son armÈe
                           ý un Allemand, le
                           gÈnÈral von   der
                           Goltz ; ses Èmis-
                           saires parcourent
                           l'Asie pour y prÍ-
PACHA                      cher la concorde
                           et d'autres parcou-
rent l'Europe pour y implorer des leÁons de
bon gouvernement...  Mais cela ne s'apprend
pas du premier coup. En somme, personne
ne commandait, personne n'obÈissait. Ces
hommes, de l'Union et ProgrËs, se donnaient
comme libÈraux et humains. En rÈalitÈ, ils
ne voulaient qu'une chose, comme tous les
hommes politiques du monde : rester au pou-
voir.
   BientÙt, les abus du despotisme militaire
1r4


Go up to Top of Page