University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 1 (1915)

Chapitre VIII/ Les puissances européennes: la Turquie,   pp. 174-[191] PDF (8.5 MB)


Page 180


HIST(OI F  [I I lUSlRSE   Dk l A  GUERRE  1i  1 () 1
slaves, c'Ètait une route ouverte sur le chermiin)
de Salonique. L'Autriche-Hongrie, d'ailleurs,
ne se dÈclarait pas satisfaite; elle rÈclamait
l'annexion de ces provinces. Seule, la rÈsistance
de la Hongrie empÍcha cette solution radicale
et c'est une restriction que l'emnpereurnFranÁois-
Joseph ne par-
donna jamais au
comte Andrassy.
  RÈsumons    les
rÈsultats du con-                   a
grËs de Berlin
demi-mesures    ý
l'Ègard de la Tur-
quie; demi-satis-
factions aux prin-
cipautÈs chrÈtien-           -
nes;   Èchec    ý
l'ÈlÈment  slave,
entrÈe en ligne de
l'ÈlÈment germa-
nique. La pÈnin-
sule  balkanique
restait, pour un
prochain  avenir,
un nid de graves
difficultÈs.
  Le traitÈ de Ber-
lin embrouillait
tout, ne rÈglait
rien.
  De I880 ý 1908,
l'histoire de la pÈ-
ninsule n' est rien
qu'un long effort,
de la part des peuples balkaniques, pour
achever ce que le congrËs de Berlin avait
laissÈ en suspens.
  La position de ces peuples et de l'Europe
reste rÈciproquement la mÍme. Les premiers
ne songent qu'ý dÈvelopper leur indÈpendance
ou leur territoire libÈrÈ; l'Europe n'a qu'une
pensÈe: Èviter, si possible, et, en tous cas, re-
tarder le cataclysme prÈvll, si la moindre rup-
t1re (I'Èqluilibre se produit en Orient  J T 'avis
gÈnÈral des puissances, dÈclarait loird
Salis-
bury, ý propos de l'affaire armÈnienne, est que
l'empire turc doit Ítre soutenu, attendu qu'au-
cun arrangement destinÈ ý le remplacer ne
peut Ítre suggÈrÈ sans entraÓner
le risque
sÈrieux ld'un conflit europÈen ª ; et M. G.
Hano-
                           taux, ý propos
                           de  l'affaire  crÈ-
                           toise:  Les puis-
                           sances ne veulent
                           pas risquer d'ou-
                           vrir  un  gouffre
                           d'hostilitÈs,  vers
                           lequel non seule-
                           ment les peuples
                           rivaux  des Bal-
     a*   -              kans, mais d'autres
                          aussi et plus Èloi-
                          gutÈs, se  trouve-
                          raient  peut-Ítre
                          invinciblement en-
                          traÓnÈs. )) (22 fÈ-
                          vrier I897.)
                            Mais   l'empire
                          ottoman se refu-
                          sait, pour   ainsi
                          dire de lui-mÍme, ý
                          la vie nouvelle que
                          l'apprÈhension de
                          sa  mort   aurait
                          voulu lui insuffler.
                          La Turquie, aprËs
                          un effort sous le
                          rËgne d'Abd-ul-
HEFVKET                   Hamid, s'aban-
                           donnait et arrivait
peu ý peu ý une \'Èritable dÈliquescence.
LA TURQUIE                 A   la veille de
A LA VEI LLE             la rÈvolution   qui
DE LA REVOLUTION       prÈparait l'avËne-
ment d'un rÈgime nouveau, le tableau de la
Turquie mourante Ètait le suivant: ;( De-
puis i878, la Turquie s'est enfoncÈe dans
l'anarchie et souffre de plus en plus de la diffi-
cultÈ d'Ítre. Les popuilations sont ÈpuisÈes;
MAHMOUI) C


Go up to Top of Page