University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 1 (1915)

Chapitre VIII/ Les puissances européennes: la Turquie,   pp. 174-[191] PDF (8.5 MB)


Page 174


CHAPITRE VIII
         LES PUISSANCES EUROPSENNES:
                           LA TURQUIE
Grandeur et dÈcadence de la Turquie. - La question d'Orient. -
 Les
Stais balkaniques.
                               La RÈvolution turque.
              'HISTOIRE rÈcente de la Tur-
              quie  est le tableau  d'une
              dÈcadence. On savait, depuis
    L         longtemps, que l'empire des
               Ottomans Ètait frappÈ ý mort;
               mais on ne savait pas com-
               ment il disparaÓtrait. Nous
               assistons ý cette agonie.
               DSCADENCE        Les Turcs,
               DE LA          originaires de
               TURQUIE        l'Asie et du
Turkestan chinois, parents des Huns, des Hon-
grois, des Mongols, fondent un empire asia-
tique, sur les ruines de l'empire des Seldjou-
cides, ý la fin du XIIIe siËcle. Ils Ètendent
leur
domination sur les territoires de l'empire grec;
En I360, Amurat prend pied ý Andrinople;
ý la bataille lÈgendaire de Kossovo, il triomphe
des Bulgares, des Serbes, des Bosniaques et
des Albanais, liguÈs contre lui. En I453, Maho-
met II s'empale de Constantinople et les
Asiates musulmans s'installent au coeur de
l'Europe; leurs avant-gardes poussent jusqu'ý
Belgrade, mÍme jusqu'ý Vienne qu'ils assiË-
gent. Leurs flottes dominent la MÈditerranÈe
et balancent l'autoritÈ de Venise, de GÍnes,
de l'Espagne, de la France, dans l'Adriatique,
dans l'Archipel et mÍme le golfe du Lion.
La bataille de LÈpante les arrÍte sur mer,
tandis que leur expansion se prolonge sur
terre, jusqu'ý la fin du XvIle siËcle.
  C'est alors que l'Europe commence ý se
ressaisir et rÈagit contre la prÈsence, dans sa
chair, d'un corps Ètranger. La fiËvre agite les
populations locales; puis, elle gagne, par sym-
pathie, les nations lointaines.
  L'esprit des croisades s'est insinuÈ dans les
calculs des politiques. La liquidation de l'em-
pire turc devient la grande affaire des di-
plomates. Ils comprennent que le sort des
territoires occupÈs par la conquÍte ottomane
donnera lieu, d'abord, ý des luttes 'pres pour
la conquÍte et, ensuite, ý des rivalitÈs
pro-
fondes entre les conquÈrants.
  Ces territoires ne sont pas seulement, par
eux-mÍmes, vastes et fertiles ; sur leur immense
Ètendue, on trouve les lieux qui 'ont disposÈ
dans le passÈ et qui disposeront dans l'avenir
du progrËs humain: les terres mËres de la
civilisation, l'Sgypte, les vallÈes du Tigre et
de l'Euphrate, la Syrie, qui nous apprit les
lettres et les nombres, la Palestine, qui vit
naÓtre le judaÔsme et le christianisme, l'Arabie,
centre du mahomÈtisme, Constantinople, hÈri-
tiËre de toutes les grandeurs antiques, les Óles
de l'Archipel et de l'Adriatique qui ont ÈtÈ les
Ètapes (le la civilisation vers l'occident mÈdi-
'74


Go up to Top of Page