University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 1 (1915)

Chapitre VII/ Les puissances européennes: l'Autriche-Hongrie,   pp. 153-[171] PDF (10.0 MB)


Page 169


LES PUISSANCES EUROPSENNES L'AUTRICHE-HONGRIE
(autrichien et hongrois), puis par chacun de
ces derniers pour leur landwehr respective.
  On voit comme tout cela est compliquÈ.
L'armÈe austro-hongroise n'en prÈsente pas
moins une force rÈelle, en raison surtout de
la caste presque hÈrÈditaire o~ se recrutent
ses  officiers.  Ce
trait est trop ca-
ractÈristique pour
qu'on ne le signale
pas;  selon   une
parole souvent rÈ-
pÈtÈe :L'armÈe,
c'est l'Autriche ª.
  L'attachement ý
la dynastie Ètant
la grande force d'u-
nion dans un Em-
pire fait de piËces
et de morceaux,
l'armÈe, et notam-
ment le cadre des
officiers et sous-
officiers, sont les
dÈfenseurs nes de
l'unitÈ impÈriale,
et ce sentiment mal
dÈfini mais tenace
va jusqu'ý inquiÈ-
ter mÍme les am-
bitions particula-
ristes.
   Quoique de
nombreux officiers
soient fournis par             INFANTERIE
la noblesse et mÍme
la haute aristocratie, la masse du corps des offi-
ciers se recrute dans les classes moyennes et la
petite bourgeoisie et se compose d'hommes de
mince fortune... La naissance n'apporte avec
elle que peu ou point de privilËges... Il existe,
en Autriche, une noblesse militaire, une sorte
de caste des SamouraÔ, juste comme il existe une
noblesse bureaucratique ; nombre de familles
de modeste fortune ont ÈtÈ  militaires )) pen-
dant des gÈnÈrations, envoyant tous ou
  presque tous leurs fils dans l'armÈe et la ma-
  rine. Ce fonds de familles militaires est une des
  grandes rÈserves de la dynastie. Porter la
  casaque de l'Empereur est devenu pour elles
  une seconde nature ; on ne se contente pas d'y
  Ítre violemment  noir et jaune ª (les couleurs
                             autrichiennes)
                             mais on y est
                             aussi ce que l'Emn-
                             pereur appelle (pa-
                             triote pour moi ª.
                             Leur esprit sert de
                             levain ý l'ensemble
                             de la masse mili-
                             taire, gagne   les
                             camarades dÈpour-
                     w E N  vus de traditions
                             de famille et s'in-
                             filtre jusqu'aux
                             simples   soldats.
                             C'est  dans   leur
                             camp qu'est (l'Au-
                             triche ª. (H. W.
                             Steed.')
                               Si solide que soit
                             ce corps d'officiers,
                             sa t'che n'en reste
                             pas moins difficile
                             et son action nÈ-
                             cessairement res-
                             treinte, dans une
                             armÈe o~ les sol-
                             dats appartiennent
                  ~~   ~   ý tant de    races
AUTRICHIENNE                 diffÈrentes, parlent
                             des langages ou des
  dialectes divers, ont des aspirations souvent
  contraires ý l'existence mÍme de l'Empire.
  L'auteur qui vient d'Ítre citÈ dit avec raison
  que le maintien du sentiment militaire et d'une
  organisation ý peu prËs effective dans ce  la-
  byrinthe est un miracle.
    La rÈorganisation des armÈes austro-hon-
  groises rÈsulte de lois rÈcentes, notamment la
  loi gÈnÈrale du 5 juillet iqi2.
     L'armÈe active compte, en temps de paix,
i 4>
1 7


Go up to Top of Page