University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 1 (1915)

Chapitre IX/ Les puissances européennes: la Russie,   pp. 192-235 PDF (22.2 MB)


Page 192


CHAPITRE IX
LES PUISSANCES EUROPSENNES:
                     LA RUSSIE
L''me russe. -    La Russie moderne. -     La Russie et l'Allemagne.
La question d'Orient.
La question de Pologne. -   L'Empereur Nicolas. -   La Serbie et le MontÈnÈgro.
              A Russie, immense, multiforme,
              Ènorme, mais souple et agile
              dans ses proportions massives,
            L  apportera ý l'Europe la plus
               prÈcieuse des collaborations
               quand elle aura rÈduit ý l'im-
               puissance l'ÈlÈment allemand
      * 1 %    qui s'efforce, depuis des siË-
               cles, de dÈnaturer son carac-
      *       tËre et son rÙle devant l'opi-
               nion  et de   lui barrer le
               chemin.
L'AME     La Russie    est indÈfinissable
RUSSE cependant, ses Ècrivains, psycholo-
gues raffinÈs, anatomistes incisifs, ont dÈgagÈ
certains traits caractÈristiques que nous leur
emprunterons pour t'cher de mieux faire
comprendre l'Ènigme blanche ª, l''me russe.
  Klutchewsky dÈfinit ainsi le peuple domi-
nant, celui qui occupe le pays de Saint-PÈters-
bourg jusqu'ý Moscou et au delý, le Grand-
Russien:  La Grande-Russie des xIIIe et
xve siËcles, avec ses marais, prÈsentait ý
la
colonisation, ý chaque pas, de menus dangers,
des ennuis et des difficultÈs imprÈvus qui nÈ-
cessitaient une grande prÈsence d'esprit, une
lutte continuelle contre les ÈlÈments. Cela habi-
tua le Grand-Russien ý scruter la nature, ý
avoir toujours, suivant sa propre expression,
les yeux grands ouverts, ý ne s'avancer
qu'avec prÈcaution, ý palper le sol et ý
ne
jamais passer la riviËre sans en avoir trouvÈ
le guÈ, et cela dÈveloppa en lui une grande
souplesse devant la difficultÈ et une remar-
quable patience en face des Èchecs et des pri-
vations. En Europe, il n'y a pas un peuple
moins g'tÈ et exigeant, moins habituÈ ý
attendre de la nature et de l'avenir, plus endu-
rant que celui des Grands-Russiens...
   Des particularitÈs de la contrÈe ont dÈter-
minÈ la distribution des Grands-Russiens ý
travers le pays. La vie dans les villages isolÈs
ne put habituer le Grand-Russien ý agir en
grandes unions, en masses amies, comme le fait
l'habitant de la Russie du Sud. Aucun peuple
d'Europe n'est capable de l'intensitÈ de tra-
vail que peut dÈployer un Grand-Russien en un
temps restreint. Mais, nulle part, nous ne trou-
verons une telle incapacitÈ de se livrer ý un
travail modÈrÈ et rÈgulier comme en cette
Grande-Russie.
   Le Grand-Russien est, en gÈnÈral, ren-
fermÈ et prudent, mÍme timide, toujours
sur ses gardes ; peu sociable, il ne se trouve
ý l'aise qu'en compagnie de lui-mÍme. La
nature et le destin ont appris au Grand-
Russien ý suivre les chemins de traverse et les
1 (I


Go up to Top of Page