University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
Link to University of Wisconsin Digital Collections
The History Collection

Page View

Hanotaux, Gabriel, 1853-1944 / Histoire illustrée de la guerre de 1914
Tome, 1 (1915)

Chapitre III/ L'Allemagne économique et le pangermanisme,   pp. 42-[62] PDF (10.4 MB)


Page 42


CHAPITRE 1[H
L'ALLEMAGNE SCONOMIQUE
      ET LE PANGERMANISME
La croissance Èconomique de l'Allemagne. -
L'Allemagne agricole et l'Allemagne industrielle.
- La Weltpolitik. - Le Pangermanisme.
              ES positions prises par les
    Ty         grandes puissances de l'Eu-
               rope, la France, la Russie,
    , I        l'Angleterre, ý  l'Ègard de
               l'Allemagne et de l'Autriche-
               Hongrie, en  I9I4, rÈsultent
               des faits historiques qui se
               sont produits depuis la guerre
               de i87o; mais elles tiennent
               aussi ý l'accroissement re-
               doutable  de la   puissance
               allemande depuis que l'Em
pire a ÈtÈ constituÈ.
  Il y a une politique diplomatique; mais il
y a aussi une politique ethnographique, Ècono-
mique, financiËre. L'Allemagne s'est dÈve-
loppÈe de telle sorte qu'elle pesait peu ý peu
sur tous les voisins, et sa mÈthode lourdement
agressive, ses procÈdÈs de concurrence souvent
violents et dÈloyaux, son systËme de tarifs
douaniers et de cartels rendaient plus pÈnibles
encore ces contacts. Le parti hobereau menait
ses affaires comme s'il admettait d'avance la
guerre en tant que procÈdÈ commercial Èventuel.
   Ainsi, l'Allemagne s'est trouvÈe portÈe vo-
lontairement vers un Ètat de conflit Ècono-
mique, dont elle acceptait, dont elle rÈclamait
les consÈquences, quelles qu'elles fussent. Il
s'agissait, ý tout prix, d'avoir le bien-Ítre, le
confort, rÈclamÈ comme un droit, par une race
matÈrialiste et prolifique. (( Place ý l'Allema-
gne, l'Allemagne au-dessus de tout! telle Ètait
la devise qui ralliait tout le monde, depuis le
dernier des ouvriers jusqu'ý l'Èlite des intellec-
tuels. On ne comprendrait pas le vÈritable
caractËre du conflit des peuples, en I9I4, si l'on
ne le considÈrait ý ce point de vue.
LES DEUX           L'Allemagne   n'est pas
ALLEMAGNES une unitÈ ethnographique:
le peuple allemand est un des plus mÈlangÈs
de l'univers. Celtes, Teutons, Scandinaves,
Slaves, se fondent dans ce grand creuset
dont on disait, au Moyen Age, qu'il Ètait
la matrice des peuples.
   La division en Allemagne du Nord et en
Allemagne du Sud est classique, en quelque
sorte; mais celle qui distingue l'Allemagne de
l'Est et l'Allemagne de l'Ouest est non moins
importante, surtout si l'on considËre l'Empire
tel qu'il est constituÈ. Le professeur Wagner
a dit : <(La vÈritable frontiËre de l'Allemagne
ce n'est pas le Rhin, c'est l'Elbe. ª
   Cologne et Berlin sont les deux pÙles de
cette double Allemagne.
   La rivalitÈ latente de ces deux forces,
rÈunies par l'unitÈ des langues et un travail
politique sÈculaire, est une des raisons pro-
4 2


Go up to Top of Page